[Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

TBC, TransGironde et TER Aquitaine

Modérateurs: Eastpak, GX217

Règles du forum
Avant de poster un message, merci de lire la charte d'utilisation des forums. Vous pouvez aussi consulter les mentions légales de Lineoz.net. Ce forum dispose d'une charte spécifique, merci d'en prendre connaissance.

En cas de problème sur un sujet, merci d'alerter l'équipe de modération en cliquant sur le point d'exclamation du message souhaité.

[Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar Bersol » 27 Nov 2020 8:30

Le nouveau conseil Bordeaux Métropole issu des élections municipales de 2020 planche sur une révision du schéma directeur opérationnel des déplacements métropolitains (SDODM) pour construire le réseau TBM de 2023.

Dans les premières réflexions, la Métropole se penche sur la rive droite de l'agglomération :

D’Ambès à Bouliac, d’Ambarès à Artigues, le secteur est saturé. Un nouveau maillage est proposé par les élus à la Métropole.

Parent pauvre. Débouché négligé du pont Chaban, réseau de bus aujourd’hui inadapté, lignes promises puis remises aux calendes grecques, tram pionnier mais vite saturé et sans alternative : sur la rive droite, la liste est longue, les voitures congestionnent, plateau, coteau et plaine, leurs conducteurs n’ayant pas d’infrastructures et d’autres modes de transport efficaces à disposition. Dans le cadre de la nouvelle délégation de service public des transports de Bordeaux Métropole, effective au 1er janvier 2023, les élus de la rive droite comptent peser et proposer.


1 Un tram saturé et un réseau de bus trop sinué

L’idée avait été forte : faire descendre la première ligne de tram du coteau de la rive droite pour ébaucher un désenclavement. Autour de cet axe structurant, un réseau de bus (Citeis et Flexo en majorité) aux nombreux arrêts de proximité. Aujourd’hui, la partie rive droite de la ligne A du tram est saturée, comme la plupart de ses parkings relais, Galin et Buttinière en tête.

Les deux lignes de bus principales (7 et 16) ne comportent que très peu de passages en site propre, et leur longueur sans beaucoup de connexions dissuade (18 km pour la 7). Quant au réseau secondaire, c’est un « plat de spaghettis » aux itinéraires sinueux et très longs.


2 Quelques promesses non tenues

Le schéma directeur opérationnel des déplacements métropolitains en 2011 prévoyait cinq nouvelles lignes de transports sur la rive droite. Une seule est aujourd’hui en activité : la « Bassens-Campus ». Et bof : cette Corol 31 part de la zone industrialo-portuaire, vide d’habitations et sans parking. Celle qui manque le plus, pourtant suggérée depuis quinze ans : une ligne liant le pont Chaban et le futur pont Veil. Les quartiers d’habitation poussent, pas les bus ni les bus à haut nivau de service (BHNS). « Pour la voiture, c’est aujourd’hui rouge, cela va être noir pour quelques années au moins », résume un expert du dossier, au vu du décalage entre hausse démographique et moyens de transport en retard.

« Nous devons imaginer un nouveau schéma de transports moins handicapant pour la population », dit Jean Touzeau, maire de Lormont, vice-président chargé de la valorisation du fleuve, franchissements et rééquilibrage rive droite à Bordeaux Métropole. Celui qui est aussi chargé des mobilités au Grand Projet des villes (GPV) Rive droite, a missionné ce dernier (avec l’agence a’urba) sur diagnostic et propositions.


3 Vers un maillage plus rationnel et connecté

Laisser sa voiture avant ou juste après la rocade : tel est le postulat du concept que les élus ont envoyé au président de la Métropole en début de semaine. Les gares d’Ambarès, Bassens, Sainte-Eulalie et Cenon en points de connexion, la création de quatre parkings relais le long de la rocade : la proposition décline aussi et surtout un beaucoup plus simple schéma orthogonal de lignes de bus (voir ci-dessous) : quatre du nord au sud, croisées par six ou sept d’est en ouest. « Ces tracés sont assez linéaires et ne demandent que peu d’aménagements pour être efficaces », souligne Maxime Derrien, directeur du GPV.

Simplification aussi de l’offre de bus existante, repositionnée (et réduite de moitié) sur ce nouveau maillage, préservant un accès pour chaque habitant à moins de quatre minutes (350 m) à pied. Outre les gares, les connexions sont ainsi renforcées avec le réseau des bus TransGironde.


Téléphérique : ça se précise

Cela s’appelle une étude d’opportunité. Elle a été commandée par Bordeaux Métropole à l’équipe Safege/Emtis/CNA. Mission : définir si et où l’idée d’un téléphérique au-dessus de la Garonne se justifie, avant de lancer une étude opérationnelle. Les conclusions du document remis aux techniciens sont claires. Capacité de voyageurs, rapidité de déplacement, montant d’investissements : le téléphérique est une piste à « creuser » sérieusement.

Dans le même temps, les rédacteurs de l’étude ont examiné trois scénarios suggérés par la collectivité, trois tracés possibles pour passer de la rive droite à la rive gauche. Entre Bouliac et Bègles (Gare), entre Lormont (Buttinière) et Bordeaux (Achard), enfin entre Bassens (Puy-Pelat) et Bordeaux (Grand Stade) avec fréquence d’une minute pour des cabines de 10 à 15 places : il s’agissait d’établir le ratio socioéconomique de chacun.

L’axe Buttinière-Achard (en 8 minutes 30) se détache assez nettement : un potentiel de fréquentation très élevé (10 000 voyageurs/jour) avec une station intermédiaire dans le Bas-Lormont, avec le BHNS en projet, et les deux lignes de tram A (à Buttinière) et B (à Achard). Le coût est élevé : 49 millions d’investissement (93 avec maintenance et exploitation sur trente ans), mais plus « rentable » que les deux autres. Celle de Bouliac-Bègles est certes moins chère, mais révèle un potentiel faible de voyageurs (1 000/jour). Quant à la troisième au nord, même si le tracé est le plus facile parce que moins urbain, sa fréquentation estimée est aussi faible (1 000/jour) pour un coût important.

Resterait à lever les réserves liées au survol d’espaces naturels et d’habitations, et la proximité du périmètre Unesco. Pour certains acteurs de la mobilité sur la rive droite, ce projet de téléphérique ne doit pas pour autant se substituer à un pont entre Bassens et la zone d’activités de Bordeaux-Nord.


Image
Bersol
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 229
Inscription: 15 Avr 2015 13:40

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar lorenzo256 » 28 Nov 2020 17:06

merci trés intérésant les infos
lorenzo256
Rang : Passéoz 24 heures
Rang : Passéoz 24 heures
 
Messages: 99
Inscription: 28 Juil 2013 6:08

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar hellmonkey » 29 Nov 2020 21:06

Salut, infos très intéressantes!
hellmonkey
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 345
Inscription: 22 Juil 2012 18:55
Localisation: Bordeaux

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar venom » 06 Mai 2021 22:12

D'ailleurs pour la futur DSP qui commencera le 1er janvier 2023 et finira soit en 2031 ou 2032 y'a 4 candidats : Keolis, Transdev ainsi que RATP Dev et un groupe italien.
venom
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 124
Inscription: 21 Sep 2020 18:56

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar Bersol » 06 Sep 2021 10:10

Voitures, trams, bus, fleuve : à quoi s’attendre dans la métropole bordelaise

Je sens qu'il y aura quelques déçus, notamment à Gradignan... et pour le métro, il faudra se montrer patient...

Fin des extensions du tramway, modification du réseau de bus, limitation de la vitesse des voitures, développement d’un téléphérique urbain seraient au programme

La première année de mandat a été l’occasion de remettre à plat les stratégies de mobilité. Le contenu pour la Métropole et pour Bordeaux sera dévoilé dans les jours qui viennent, et en deux temps. Le propos portera évidemment sur le développement des alternatives à la voiture, dont la baisse de l’usage est, de fait, un objectif.

Le président de la Métropole, Alain Anziani, avait expliqué il y a un an que toutes les décisions liées aux déplacements seraient arbitrées à l’aune de trois critères : le bénéfice pour les usagers, l’impact environnemental et enfin, et ce n’est pas accessoire, le coût – les finances de la Métropole sont saines, mais pas sans fond. C’est pourquoi ce mandat devrait sonner le glas des extensions de tramway. L’extension de la ligne A vers l’aéroport et le bassin aéronautique pourrait bien être la dernière. Saint-Médard-en-Jalles et Gradignan ne devraient donc pas avoir « leur » tram.

Un gros effort budgétaire devrait tout de même être produit sur ce volet déplacements. On évoque un doublement de l’enveloppe (autour de 450 millions d’euros actuellement). Avec une priorité aux bus à haut niveau de service (rebaptisés « bus express ») en site propre, quand le besoin s’en fait sentir. Il s’agira également de repenser le réseau qui devra être mis en musique par le prochain délégataire. Le contrat d’exploitation de Keolis prend fin le 31 décembre 2022, et le marché suscite bien des convoitises (Keolis, Transdev, RATP…). En plus des transports sur terre, ils devront intégrer ceux sur la Garonne. Le BatCub va sans doute monter en charge. Autre annonce qui devrait être faite, une liaison en téléphérique entre les deux rives de la Garonne. Quant au métro, il devrait être étudié, mais il ne fait clairement pas partie des priorités des prochaines années.

Bordeaux-centre en zone 30

Côté transports individuels, la Métropole devrait déclencher un plan vélo ambitieux. Pierre Hurmic, le maire de Bordeaux, qui prendra la parole quelques jours après Alain Anziani, est aussi très attendu sur sa vision de la mobilité (lire par ailleurs). Les mesures déjà engagées laissent à penser que la priorité sera donnée au vélo (prochainement la contre-allée du quai de Queyries réservée aux vélos, la place des Capucins piétonnisée, les boulevards…) avec, donc, moins d’espace pour la voiture. Soit moins de places de stationnement. La question des sens de circulation sera aussi auscultée, avec une nouvelle mobilisation ces jours-ci des riverains de la rue de Bègles.

Le centre-ville devrait, lui, basculer intégralement en zone 30 – vraisemblablement à l’intérieur des boulevards. L’objectif à terme étant de créer un centre sans voitures, ou zone à faible émission (ZFE) en langage technocratique. L’une des questions est de savoir si la majorité entend y aller en douceur ou à marche forcée. La première option semble tenir la corde.

Autre sujet et non des moindres, celui du stationnement payant. Selon le quartier où l’on habite, on n’est pas soumis à la même réglementation. La précédente majorité avait renoncé à le mettre en place à Saint-Augustin et à Caudéran. Depuis, ces exceptions perdurent.
Bersol
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 229
Inscription: 15 Avr 2015 13:40

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar turbotrain » 07 Sep 2021 17:07

Chiche de faire un trolleybus (hors centre classé) comme "BHNS"/"Bus express"/Super-transport ? Un mode bien connu, déjà utilisé en France et qui s'est renouvelé ces dernières années avec l'IMC. Parce que faire du bus en site propre pour plus cher juste pour des raisons de communication... Et la batterie intégrale a encore pas mal de défauts. Quant à l'hydrogène et cie...
Le tramway arrive à se retrouver défavorisé par rapport au bus sur la vitesse et le coût pour des raisons non intrinsèques au mode. Un vrai site propre, pas de réaménagement urbain dernier cri coûteux, un tracé sans courbes serrées tous les 200 m, un matériel standard avec de bonnes capacités d'accélération/freinage, une réglementation et des mesures de sécurité qui permettent la vitesse : ce sont des choses que l'on sait faire ailleurs.

Le téléphérique, à Bordeaux, je crains qu'il y ait surtout un effet de mode. S'il s'agit de remplacer un pont entre des secteurs assez denses, denrée rare à Bordeaux, la saturation menacera vite. Il ne faut pas non plus sous-estimer l'opposition des populations survolées (même si, contrairement à Lyon, il ne s'agit pas des zones les plus chères de l'agglomération).
Le Téléo toulousain ne survolera pratiquement que des zones non résidentielles et est en périphérie pour relier deux campus, dont un universitaire déjà desservi par le métro, et l'autre possédant un parc-relais, via un complexe hospitalier. A Bordeaux, cela correspondrait éventuellement à Bassens - Bordeaux Nord ou Bouliac/Floirac - Bègles. A l'inverse de la supposition initiale, le risque serait celui de la sous-utilisation si les correspondances ne présentent pas d'intérêt. Or, il n'y a pas de TCSP très performant (au mieux des terminus d'antennes du tram) d'un côté comme de l'autre.
turbotrain
Rang : Passéoz 24 heures
Rang : Passéoz 24 heures
 
Messages: 78
Inscription: 08 Mar 2017 20:08

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar Bersol » 10 Sep 2021 15:36

Déplacements dans la métropole bordelaise : ce qu’il faut retenir des annonces d’Alain Anziani

Le président de Bordeaux Métropole a dévoilé sa feuille de route transports pour les dix prochaines années
S’il est un sujet sur lequel la Métropole est attendue, c’est bien celui de la mobilité. Un an de travail, des dizaines de réunions de concertations, ont été nécessaires pour accoucher d’un nouveau schéma de déplacements. Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole, a prévenu : « On ne promet pas l’impossible, je ne dirai pas : ‘‘demain ça ira mieux’’. Je n’ai pas de baguette magique. » Le constat est là : ça coince, sur la rocade comme en ville.

Les usagers ne se sont pas encore jetés sur les alternatives à la voiture (30 % des déplacements de moins de 2 km se font en voiture). Il y a du pain sur la planche, beaucoup d’attente, d’autant que la Métropole a retrouvé ses statistiques d’avant la période Covid, à l’image de la rocade et de ses 110 000 véhicules par jour. Autre paramètre pris en compte dans cette feuille de route : la question environnementale.

Moins de places pour la voiture

Le président de Bordeaux Métropole ne veut diaboliser la voiture, d’autant qu’elle ne disparaîtra pas en un claquement de doigts. En revanche, l’objectif affiché est de faire baisser la circulation de 10 % sur l’ensemble de la métropole. Un objectif qui, selon les études, soulagera sensiblement la congestion.

L’objectif affiché est de faire baisser la circulation de 10 % sur l’ensemble de la métropole
Pour ce faire, plusieurs leviers vont êtres actionnés. On va ainsi voir fleurir des zones 30 dans plusieurs villes : dans la ceinture des cours à Bordeaux mais également dans les communes de la Métropole (Floirac, Cenon…). Pour ce qui est de la réduction des places de stationnements, la décision relève du choix des communes.

En parallèle, la métropole entend intervenir sur la voirie pour faire sauter les points noirs. L’idée est de faire passer la part modale de la voiture de 50 % à 33 % dans quelques années. Pour dissuader les automobilistes, la métropole veut rendre le réseau de transports en commun plus performant, et mieux le faire connaître. Une tâche qui incombera au prochain délégataire, désigné l’année prochaine, pour un contrat qui démarre en 2023. La Métropole va également travailler avec les entreprises pour bâtir des plans de déplacements.

Au revoir le tram, bonjour les « bus express »

La période du tram est derrière. « Tout le monde veut son tram. Nous avons une grille d’analyse qui comprend le potentiel, le coût, le bilan carbone. Si on mixe tout ça, les résultats sont là : le tram, qui entre dans sa phase de renouvellement, se révèle trop coûteux ». Les extensions vers Gradignan ou Parempuyre ne verront pas le jour. « Mais on proposera des solutions », a expliqué Alain Anziani.

« On a mis 20 ans pour construire 77 km de tram, on va mettre 10 ans pour 104 km de bus express »
Le nouvel outil de mobilité, n’est pas si nouveau : c’est un bus. Un bus express (autrefois nommé BHNS, bus à haut niveau de service). « On a mis 20 ans pour construire 77 km de tram, on va mettre 10 ans pour 104 km de bus express », complète Clément Rossignol, vice-président aux transports.

Les couloirs de bus vont être doublés pour parvenir à 160 km. Avec une priorité, la desserte de la rive droite et de la presqu’île, à quoi on doit ajouter les dessertes de périphérie à périphérie. En réalité, la philosophie des transports vit une petite révolution : là où on réfléchissait en termes d’infrastructures, la métropole défend une approche usagers. Second point, après avoir tracé un réseau en étoile, il s’agit de développer les liaisons circulaires où rouleront des bus propres.

Marche, vélo, bateau

Pour se déplacer autrement qu’en voiture, l’accent sera mis sur les alternatives. La marche va faire l’objet d’un plan spécifique. Il sera présenté dans le détail au mois de novembre. C’est un levier pour faire baisser la circulation routière en plus d’être bon pour la santé.

Un troisième plan vélo va aussi voir le jour. La métropole va veiller « aux continuités cyclables », créer de nouvelles pistes, des aires de stationnement et des réseaux « express vélo » sur les axes les plus fréquentés. Objectif : parvenir à 250 kilomètres. En parallèle, l’idée est de proposer des services autour du vélo, comme des parkings sécurisés. Le fleuve n’est pas oublié, la flotte et les dessertes en Batcub vont être musclées.

Rocade, ponts, téléphérique

Toujours au chapitre fleuve, un nouveau franchissement de la Garonne va être mis à l’étude, en aval du pont d’Aquitaine. De la même manière, une liaison en téléphérique entre les deux rives est envisagée. Alain Anziani explique ne pas avoir de religion sur le sujet.

»Un nouveau franchissement de la Garonne va être mis à l’étude, en aval du pont d’Aquitaine »
La rocade, véritable sparadrap du capitaine Haddock à chaque mandature, est toujours au cœur des préoccupations. Son bouclage à 2 × 3 voies sera effectif l’année prochaine. Mais cela ne réglera rien.

Parmi les pistes évoquées, la régulation du trafic poids lourd, qui donne à la rocade un goût de bouchon et de gasoil aux heures de pointe. L’idée est de travailler avec l’État à la régulation du trafic en modulant les tarifs de péages sur les autoroutes d’accès, pour encourager le transit en dehors des heures de pointe.

Les communes auront leur mot à dire en veillant aux règles d’accès et de livraisons au centre-ville. La Métropole plaide aussi pour un développement du fret ferroviaire. En parallèle, le dossier du RER Métropolitain reste sur la table, les discussions sont en cours avec la SNCF pour ce projet à 1 milliard d’euros.

Quant au métro, qui affiche le même tarif, il est renvoyé aux calendes grecques : « On ne va pas ajouter des milliards aux milliards ».

Plus seule au monde

C’est l’autre révolution, les questions de déplacements ne peuvent se gérer à la seule échelle métropolitaine. C’est un sujet girondin. Ainsi devrait-on voir se développer des cars express, comme le Bordeaux-Créon, vers les principaux chefs-lieux de la Gironde.

Il s’agira cependant de mettre toutes les parties prenantes autour de la table. Il existe déjà un syndicat des mobilités lié à la Région, mais il n’est pas exclu de réfléchir à un objet purement girondin pour avancer. Certains parcs relais, qui sont à saturation, vont voir leurs capacités revues à la hausse.

« Tout ça coûte cher », explique Alain Anziani. Le sujet des déplacements, en plus d’être coûteux (la Métropole va y consacrer 3 milliards d’euros sur le mandat), s’inscrit à l’échelle du temps long. Il va falloir être patient.
Bersol
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 229
Inscription: 15 Avr 2015 13:40

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar greg59 » 10 Sep 2021 15:57

Ca vole pas haut au niveau ambition :
https://www.bordeaux-metropole.fr/conte ... 210910.pdf
Avatar de l’utilisateur
greg59
Rang : Passéoz Intermodalité
Rang : Passéoz Intermodalité
 
Messages: 8867
Inscription: 18 Mai 2007 17:51
Localisation: Dunkerque (59)

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar Still76 » 12 Sep 2021 13:15

De là à dire que ça sent le sapin pour les transport en commun à Bordeaux... :mrgreen:
En France, on a du pétrole sur les plages mais on a toujours des idées
Still76
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 442
Inscription: 15 Fév 2005 12:45
Localisation: Rouen (76)


Retourner vers BORDEAUX - Les transports de la région bordelaise

Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés: Bing [Bot], DualBus, Google [Bot]


Lineoz.net Tous Droits Réservés 2001-2008 :: Création & DeSiGn by ArNaUd OUDARD
Ce site est enregistré à la CNIL sous le numéro 1072137 conformément à l'article 16 de la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978

Sites partenaires : Grenoble Snotag | Nancy blogOstan | Angers SnoIrigo | Clermont Ferrand TransClermont | Valence SnoCtav | Marseille Marseille-Transports.com | Dijon SnoDivia