[Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

TBC, TransGironde et TER Aquitaine

Modérateurs: Eastpak, GX217

Règles du forum
Avant de poster un message, merci de lire la charte d'utilisation des forums. Vous pouvez aussi consulter les mentions légales de Lineoz.net. Ce forum dispose d'une charte spécifique, merci d'en prendre connaissance.

En cas de problème sur un sujet, merci d'alerter l'équipe de modération en cliquant sur le point d'exclamation du message souhaité.

[Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar Bersol » 27 Nov 2020 8:30

Le nouveau conseil Bordeaux Métropole issu des élections municipales de 2020 planche sur une révision du schéma directeur opérationnel des déplacements métropolitains (SDODM) pour construire le réseau TBM de 2023.

Dans les premières réflexions, la Métropole se penche sur la rive droite de l'agglomération :

D’Ambès à Bouliac, d’Ambarès à Artigues, le secteur est saturé. Un nouveau maillage est proposé par les élus à la Métropole.

Parent pauvre. Débouché négligé du pont Chaban, réseau de bus aujourd’hui inadapté, lignes promises puis remises aux calendes grecques, tram pionnier mais vite saturé et sans alternative : sur la rive droite, la liste est longue, les voitures congestionnent, plateau, coteau et plaine, leurs conducteurs n’ayant pas d’infrastructures et d’autres modes de transport efficaces à disposition. Dans le cadre de la nouvelle délégation de service public des transports de Bordeaux Métropole, effective au 1er janvier 2023, les élus de la rive droite comptent peser et proposer.


1 Un tram saturé et un réseau de bus trop sinué

L’idée avait été forte : faire descendre la première ligne de tram du coteau de la rive droite pour ébaucher un désenclavement. Autour de cet axe structurant, un réseau de bus (Citeis et Flexo en majorité) aux nombreux arrêts de proximité. Aujourd’hui, la partie rive droite de la ligne A du tram est saturée, comme la plupart de ses parkings relais, Galin et Buttinière en tête.

Les deux lignes de bus principales (7 et 16) ne comportent que très peu de passages en site propre, et leur longueur sans beaucoup de connexions dissuade (18 km pour la 7). Quant au réseau secondaire, c’est un « plat de spaghettis » aux itinéraires sinueux et très longs.


2 Quelques promesses non tenues

Le schéma directeur opérationnel des déplacements métropolitains en 2011 prévoyait cinq nouvelles lignes de transports sur la rive droite. Une seule est aujourd’hui en activité : la « Bassens-Campus ». Et bof : cette Corol 31 part de la zone industrialo-portuaire, vide d’habitations et sans parking. Celle qui manque le plus, pourtant suggérée depuis quinze ans : une ligne liant le pont Chaban et le futur pont Veil. Les quartiers d’habitation poussent, pas les bus ni les bus à haut nivau de service (BHNS). « Pour la voiture, c’est aujourd’hui rouge, cela va être noir pour quelques années au moins », résume un expert du dossier, au vu du décalage entre hausse démographique et moyens de transport en retard.

« Nous devons imaginer un nouveau schéma de transports moins handicapant pour la population », dit Jean Touzeau, maire de Lormont, vice-président chargé de la valorisation du fleuve, franchissements et rééquilibrage rive droite à Bordeaux Métropole. Celui qui est aussi chargé des mobilités au Grand Projet des villes (GPV) Rive droite, a missionné ce dernier (avec l’agence a’urba) sur diagnostic et propositions.


3 Vers un maillage plus rationnel et connecté

Laisser sa voiture avant ou juste après la rocade : tel est le postulat du concept que les élus ont envoyé au président de la Métropole en début de semaine. Les gares d’Ambarès, Bassens, Sainte-Eulalie et Cenon en points de connexion, la création de quatre parkings relais le long de la rocade : la proposition décline aussi et surtout un beaucoup plus simple schéma orthogonal de lignes de bus (voir ci-dessous) : quatre du nord au sud, croisées par six ou sept d’est en ouest. « Ces tracés sont assez linéaires et ne demandent que peu d’aménagements pour être efficaces », souligne Maxime Derrien, directeur du GPV.

Simplification aussi de l’offre de bus existante, repositionnée (et réduite de moitié) sur ce nouveau maillage, préservant un accès pour chaque habitant à moins de quatre minutes (350 m) à pied. Outre les gares, les connexions sont ainsi renforcées avec le réseau des bus TransGironde.


Téléphérique : ça se précise

Cela s’appelle une étude d’opportunité. Elle a été commandée par Bordeaux Métropole à l’équipe Safege/Emtis/CNA. Mission : définir si et où l’idée d’un téléphérique au-dessus de la Garonne se justifie, avant de lancer une étude opérationnelle. Les conclusions du document remis aux techniciens sont claires. Capacité de voyageurs, rapidité de déplacement, montant d’investissements : le téléphérique est une piste à « creuser » sérieusement.

Dans le même temps, les rédacteurs de l’étude ont examiné trois scénarios suggérés par la collectivité, trois tracés possibles pour passer de la rive droite à la rive gauche. Entre Bouliac et Bègles (Gare), entre Lormont (Buttinière) et Bordeaux (Achard), enfin entre Bassens (Puy-Pelat) et Bordeaux (Grand Stade) avec fréquence d’une minute pour des cabines de 10 à 15 places : il s’agissait d’établir le ratio socioéconomique de chacun.

L’axe Buttinière-Achard (en 8 minutes 30) se détache assez nettement : un potentiel de fréquentation très élevé (10 000 voyageurs/jour) avec une station intermédiaire dans le Bas-Lormont, avec le BHNS en projet, et les deux lignes de tram A (à Buttinière) et B (à Achard). Le coût est élevé : 49 millions d’investissement (93 avec maintenance et exploitation sur trente ans), mais plus « rentable » que les deux autres. Celle de Bouliac-Bègles est certes moins chère, mais révèle un potentiel faible de voyageurs (1 000/jour). Quant à la troisième au nord, même si le tracé est le plus facile parce que moins urbain, sa fréquentation estimée est aussi faible (1 000/jour) pour un coût important.

Resterait à lever les réserves liées au survol d’espaces naturels et d’habitations, et la proximité du périmètre Unesco. Pour certains acteurs de la mobilité sur la rive droite, ce projet de téléphérique ne doit pas pour autant se substituer à un pont entre Bassens et la zone d’activités de Bordeaux-Nord.


Image
Bersol
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 221
Inscription: 15 Avr 2015 13:40

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar lorenzo256 » 28 Nov 2020 17:06

merci trés intérésant les infos
lorenzo256
Rang : Passéoz 24 heures
Rang : Passéoz 24 heures
 
Messages: 97
Inscription: 28 Juil 2013 6:08

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar hellmonkey » 29 Nov 2020 21:06

Salut, infos très intéressantes!
hellmonkey
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 344
Inscription: 22 Juil 2012 18:55
Localisation: Bordeaux

Re: [Réseau] Révision du SDODM, nouveau réseau TBM 2023

Messagepar venom » 06 Mai 2021 22:12

D'ailleurs pour la futur DSP qui commencera le 1er janvier 2023 et finira soit en 2031 ou 2032 y'a 4 candidats : Keolis, Transdev ainsi que RATP Dev et un groupe italien.
venom
Rang : Passéoz 24 heures
Rang : Passéoz 24 heures
 
Messages: 88
Inscription: 21 Sep 2020 18:56


Retourner vers BORDEAUX - Les transports de la région bordelaise

Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés: Bing [Bot], Google [Bot]

cron

Lineoz.net Tous Droits Réservés 2001-2008 :: Création & DeSiGn by ArNaUd OUDARD
Ce site est enregistré à la CNIL sous le numéro 1072137 conformément à l'article 16 de la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978

Sites partenaires : Grenoble Snotag | Nancy blogOstan | Angers SnoIrigo | Clermont Ferrand TransClermont | Valence SnoCtav | Marseille Marseille-Transports.com | Dijon SnoDivia