Hommage aux bus et cars Chausson

COTRA, AnjouBus et TER Pays de la Loire :: www.snoirigo.net

Modérateurs: Latil 22, FLG

Règles du forum
Avant de poster un message, merci de lire la charte d'utilisation des forums. Vous pouvez aussi consulter les mentions légales de Lineoz.net. Ce forum dispose d'une charte spécifique, merci d'en prendre connaissance.

En cas de problème sur un sujet, merci d'alerter l'équipe de modération en cliquant sur le point d'exclamation du message souhaité.

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar BBreteau » 22 Mai 2013 10:48

Bonjour
Deux cartes postales sur des Chaussons.
Une à la gare routière de Rennes je crois et l'autre à Saumur.
A bientôt.
Bernard
Image
Image
BBreteau
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 535
Inscription: 04 Mar 2013 16:03

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Ferrovi-Pat » 22 Mai 2013 11:44

Bonjour Bernard,

BBreteau a écrit:Une à la gare routière de Rennes je crois


C'est bien la gare routière de Rennes, qui a servi jusqu'à la fin des années 1990 pour des lignes interurbaines (dans la gare) et les lignes suburbaines STAR (sur le trottoir de la rue Gurvan, juste devant).

A cette place s'élève aujourd'hui le bâtiment des Champs Libres.

La deuxième photo est prise devant la gare de Saumur Rive Droite. L'ex-gare Rive Gauche est devenue le dépôt des bus urbains.

Patrick
Ferrovi-Pat
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 2808
Inscription: 05 Juil 2008 10:44
Localisation: Saintes (17)

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar BBreteau » 12 Mai 2014 9:55

Bonjour
Une suite de photos sur ce bus ou autocar mythique.La ville de Nantes qui a eu beaucoup de Chausson.
A bientôt.
Bernard
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
BBreteau
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 535
Inscription: 04 Mar 2013 16:03

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Cramos » 12 Mai 2014 12:48

C'est marrant : pourquoi n'utilisaient-ils pas la girouette pour le numéro de ligne et la destination, au lieu d'utiliser des plaques devant le capot?
VO : Mind the gap, mind the gap...VF : Attention à la marche en descendant du train! (avec une mauvaise traduction)
Avatar de l’utilisateur
Cramos
Rang : Passéoz Intermodalité
Rang : Passéoz Intermodalité
 
Messages: 5199
Inscription: 07 Mai 2005 19:49
Localisation: Paris et avant la cambrousse angevine

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar citaro27 » 12 Mai 2014 13:33

APU 2552 de Rouen au dépôt Constantine (10 exemplaires entrés en service en 1964)
Image
citaro27
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1435
Inscription: 16 Avr 2009 7:11

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 12 Mai 2014 22:02

Cramos a écrit:C'est marrant : pourquoi n'utilisaient-ils pas la girouette pour le numéro de ligne et la destination, au lieu d'utiliser des plaques devant le capot?



Exact : c'était une très mauvaise idée, d'inspiration locale.
Je me méfie toujours de l'inspiration locale : on a très rarement raison face au plus grand nombre qui préfère utiliser les méthodes standardisées.

Je crois qu'à Nantes l'idée venait d'un chef de dépôt ou d'un chef d'exploitation, bref d'un cadre haut placé, qui avait pensé que c'était bien meilleur que ce que faisaient tous les autres réseaux (ou presque car il y eut de rarissimes exceptions).
Tous les Chausson (nez-de-cochon ou avant plat) avaient été ainsi équipés. Les nez-de-cochon n'avaient même pas de girouettes, tandis que les Chausson à avant plat étaient équipés d'une girouette frontale, munie d'un film clair (plutôt une toile genre calicot à l'époque). Ces girouettes devaient sans doute s'éclairer, du moins je le suppose (mais aurait-on remplacé les ampoules grillées ?), mais elles ne servaient strictement à rien. Le support pour les drapeaux était placé devant.

Le gros inconvénient concernait l’information à l’avant : une voiture placée devant le bus suffisait pour masquer à la fois le numéro de ligne et la destination. Et ce n’est pas tout : seul le numéro de ligne était éclairé ; la nuit, la plaque de destination ne se lisait que grâce à l’éclairage des réverbères ! Au terminus il fallait sortir pour retourner ou changer les plaques à l’avant et à l’arrière.

Sur les Chausson toute l'information était affichée exclusivement avec des plaques dont la typographie était très lisible, d'un style particulier au réseau (le dessin des « 3 » et des « 5 » était typique), les textes étaient probablement sérigraphiés et non pas peints :

— à l'avant :
    • sous le pare-brise à gauche, une boite lumineuse pour le numéro de ligne (un genre de capot de ligne) recevait une plaque translucide blanche sur laquelle était sérigraphié en bleu le numéro ou l'indice de ligne. Une barre rouge horizontale, tenue par deux bras pivotants, servait pour les services barrés (services partiels ou antennes), cette barre pivotante avait deux positions : visible en l'abaissant devant le numéro ou bien masquée en la relevant sous la face supérieure du boitier qui, étant montée sur charnière, permettait aussi de glisser la plaque du numéro ;
    • plaque en aluminium brut avec texte de destination sérigraphié en bleu ;
— à l'arrière : plaque avec texte de destination, placée à l'extérieur, devant la vitre de droite ;

— flanc droit :
    • au droit de la porte arrière : plaque crème (peut-être en bois peint ?) indiquant l'entrée selon que le service était assuré avec deux agents (montée à l'arrière) ou avec un seul agent (montée à l'avant) ;
    • des plaques d'itinéraire correction : (quand il n'y avait pas de cadre publicitaire il y avait 3 plaques d'itinéraire indiquant : 1er terminus — station centrale — 2e terminus ; après pose du cadre publicitaire il restait la place pour deux plaques et généralement seule la destination était indiquée, sauf sur les deux lignes suburbaines où l'on pouvait voir deux plaques, par exemple : COMMERCE COUËRON) ;
— flanc gauche :
    • des plaques d'itinéraire ont correction : sans doute été jadis utilisées (quand il n'y avait pas de cadre publicitaire il y avait 3 plaques d'itinéraire indiquant : 1er terminus — station centrale — 2e terminus), puis après la pose du cadre publicitaire il ne restait la place que pour deux plaques, il semble qu'en général elles n'étaient pas utilisées, des photos montrent même que leurs supports furent supprimés. À vérifier.

Les plaques de destination (avant et arrière) ainsi que les plaques d'itinéraires (flancs droit et jadis gauche) étaient correction : en d'un métal ressemblant à de l'aluminium brut avec texte sérigraphié en bleu.

Au-dessus de la roue avant droite une plaque réversible indiquait, selon que le service était à un seul ou à deux agents :
    • d'un côté : SERVICE À UN AGENT préparez monnaie ou tickets ou cartes ;
    • de l'autre : correction : MONTÉE ENTRÉE INTERDITE.

Il y avait — c'est peut-être encore le cas ? — de petites plaques en aluminium sérigraphié en bleu, une sur chaque flanc, indiquant le numéro de service de chaque voiture, mais cela ne concernait pas les voyageurs.
Par la suite elles furent probablement en plastique blanc sérigraphié en bleu.

Voir (cette photo montre un Chausson nez-de-cochon, mais la typographie du numéro de ligne a été restaurée approximativement, elle n'est pas celle utilisée à l'époque, il doit s'agir de caractères en plastique découpé) :
http://flickr.com/photos/esausse/443325 ... uqU-jVvAop

À Nantes, les premières girouettes sur film (donc ce qui était partout en vigueur en France sauf quelques rarissimes exceptions) qui ont été utilisées furent celles des premiers SC10 (livrée gris/rouge/gris) de la ligne 40 (ex-ligne 41-42), en 1968 (texte bleu sur fond blanc). C’étaient les premières voitures du réseau conçues d’origine pour un service à un seul agent, avec oblitérateur automatique.
Mais les plaques n'avaient pas dit leur dernier mot : même sur ces SC10, une plaque de destination était affichée :
    — derrière la petite vitre à gauche de la porte AV (vue de l'extérieur) ;
    — à l'arrière derrière la vitre à droite (vue de l'extérieur), au-dessus de la banquette.
Ces plaques étaient en plastique blanc translucide avec des textes sérigraphiés en bleu.
Il y avait un bac pour les plaques. Je me demande (mais je n'en suis pas sûr) si ce bac n'utilisait pas l'espace près de la porte avant, au détriment d'un siège.
Sur les SC10 il n'y avait pas de plaques latérales d'itinéraire sur les deux flancs.

Voir :
http://flickr.com/photos/jhm0284/5706521620/
Dernière édition par Terminus le 16 Mai 2014 0:18, édité 5 fois.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 12 Mai 2014 22:25

citaro27 a écrit:APU 2552 de Rouen au dépôt Constantine (10 exemplaires entrés en service en 1964)
Image


Le bus de gauche est sans doute un SC4B, autrement dit un Chausson SC4 avec une double porte à l'avant, ce qui avait nécessité d'augmenter le porte-à-faux à l'avant et de décaler le moteur qui était en saillie.
Pour l'esthétique l'effet était désastreux. Il n'en a guère existé, sinon à Strasbourg, Rouen, Grenoble, Lille (à l'ELRT et probablement à la CGIT), ailleurs je ne sais pas.

J'en avais vu à Rouen sans doute en 1985, sur la ligne 12 (ligne nord-sud partant de la Gare Rive Droite). Je crois me souvenir, sauf erreur, qu'il y avait un receveur placé à gauche de la porte avant, adossé au flanc droit. Au cas où mon souvenir serait exact, c'était la seule ligne exploitée avec deux agents, toutes les autres étant à un seul agent, même les trolleybus, déjà disparus lors de mon passage. À Strasbourg, à Grenoble et à Lille ces SC4B étaient exploités avec un seul agent.

SI quelqu'un a des précisions (sur le receveur à Rouen et sur les SC4B en France), merci d'en faire part.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar citaro27 » 13 Mai 2014 9:18

L’appellation SC4B est celle du catalogue, mais il était possible de l’appeler comme je l'ai fait; les vieilles habitudes certainement.
Il y avait effectivement un poste de receveur comme indiqué la montée se faisant par la porte avant .
Je ne sais pas si il y avait encore des receveurs à la date indiquée car je crois qu'avec l'arrivée des SC10 en 1966 le service à un agent s'est généralisé lors que celui à deux agents était encore utilisé sur les trolleybus de la ligne 15 jusqu''en 70, sur la 12 et peut être sur quelques autres lignes les plus fréquentées et encore équipées en Chausson APH50 et 52 comme la 6 ,la 2, la 1/8...
Ces SC4B ont été utilisés juste à Rouen et à Strasbourg.
les autres Chausson avec moteur avancé étaient des APH plus anciens comme à Lille ELRT et CGIT et peut être à Dieppe avec un ancien lillois d'occasion (il faut que je vérifie).
Grenoble je ne me souviens pas.
citaro27
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1435
Inscription: 16 Avr 2009 7:11

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 13 Mai 2014 22:05

Bonsoir à tout le monde, et en particulier à Citaro27,

Pour Grenoble, je ne sais pas combien il y a eu de Chausson SC4B ou APU 2552.
Mais j'en ai vu passer au moins un sous mes yeux ! C'était en 1968, il roulait sur la ligne 11, en livrée traditionnelle crème et rouge.

En voici une photo prise dans le centre-ville. Il était en service à un seul agent, avec entrée par l'avant.

Malheureusement, cette photo du SC4B de Grenoble est complètement ratée : d'abord je ne suis pas un crack en photo, et en plus je disposais d'un appareil rudimentaire.
Toujours est-il que j'ai déclenché quand des piétons étaient dans le champ, juste devant la partie avant du bus ! Et c'est justement la partie du bus qui nous intéresse… En plus il y a du flou…
Il me semble, mais le risque d'erreur est grand, qu'il s'agit du n° 213 (?), immatriculé 589 RZ 38 (?). Mais il y a trop de bougé dans l'image.

Comme, de toute façon, une mauvaise photo est supérieure à une photo qui n'existe pas, je la mets quand même. Mais cette photo n'est pas probante, aussi je joins un détail en gros plan, avec des annotations :
    — les lignes rouges n° 1 et 2 sont tracées dans l'alignement des montants de la porte avant ;
    — la distance horizontale entre les axes n° 1 et 2 semble comparable à la largeur d'une grande fenêtre, ce qui n'était pas le cas des SC4 en 442. Mais c'est compatible avec un SC4B ;
    — j'ai tracé arbitrairement la ligne pointillée n° 3 qui correspondrait au milieu de la porte de 4 vantaux ;
    — les n° 4 et 5 montrent la différence entre les portes à panneaux de l'avant d'une part, du milieu et de l'arrière d'autre part : la partie haute en tôle est d'une dimension différente, les vitres de la porte avant ont donc un format différent de celles des portes AR et ML. Mais je remarque sur des photos que sur les SC4 normaux c'était souvent le cas ;
    — le trait n° 6 prolonge le montant central du pare-brise.

À l'époque il y avait des oblitérateurs automatiques dans les trolleybus Vetra VBF ex-RATP (abimés par la porte avant élargie à 3 panneaux), mais les receveurs étaient toujours présents à l'arrière, au moins en semaine, car pour le dimanche je ne sais pas, d'ailleurs les trolleybus roulaient-ils le dimanche ? Je ne saurais dire, je n'avais passé qu'une journée en semaine à Grenoble et n'y suis jamais revenu.

Quant aux autobus, je ne me souviens plus s'ils étaient équipés d'oblitérateurs automatiques. Les bus les plus récents étaient des standards Berliet PCM, avec le montant en biais pour la fenêtre du conducteur. Tous les bus étaient à un seul agent et entrée par l'avant, il n'y avait de receveurs que dans les trolleys (au moins sur la ligne 2, Fontaine — La Tronche que j'avais parcourue). Place Vaucanson, si je ne me trompe pas, un vieux trolley Vetra VBRh était garé en heure creuse, perches dans le vide, c'était le n° 619, sur une photo le capot de ligne affiche un 2 (peut-être un 12 ?, mais j'en doute). Le siège du receveur était toujours en place. C'était une période de transition car les VBF furent ensuite modifiés pour une montée par l'avant. Pourtant les premiers trolleys ER100, dérivés des bus Berliet PR100, étaient équipés d'un poste de receveur à côté de la porte avant (receveur adossé au flanc droit). Ils furent convertis ensuite au service à un seul agent.

__________________
Nota : cette dénomination des Chausson en ASH ou APH — plus les dénominations particulières à la RATP — est vraiment obscure et je ne sais jamais s'il s'agit d'un « nez-de-cochon » ou « Chausson à avant plat » (et pavillon bas ou haut, sans parler de l'arrière bombé ou plat).
On a un peu moins de problèmes avec les Berliet (qui pourtant étaient construits en d'innombrables versions, mais on ne confondait pas un PH avec un PB).
Avec Renault tout était simple, avec les R4201, R4211 et R4231.
À quoi correspondent donc les lettres A, S, H et P ? Je crois que S = Somua et P = Panhard pour la carrosserie, mais les autres lettres ? Les cars et bus étaient-ils dénommés de façon identique ? Comment faire la différence entre les nez-de-cochon et les Chausson à avant plat ? Et les arrières bombés ou plats ? Et les pavillons bas ou hauts ? Il n'y a qu'avec la reprise par Saviem que les références ont été compréhensibles : le SC4. Quant aux APU ou APVU de la RATP, je renonce…

Image

Image

Image
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 13 Mai 2014 23:20

citaro27 a écrit:L’appellation SC4B est celle du catalogue, mais il était possible de l’appeler comme je l'ai fait; les vieilles habitudes certainement.
Il y avait effectivement un poste de receveur comme indiqué la montée se faisant par la porte avant .
Je ne sais pas si il y avait encore des receveurs à la date indiquée car je crois qu'avec l'arrivée des SC10 en 1966 le service à un agent s'est généralisé lors que celui à deux agents était encore utilisé sur les trolleybus de la ligne 15 jusqu''en 70, sur la 12 et peut être sur quelques autres lignes les plus fréquentées et encore équipées en Chausson APH50 et 52 comme la 6 ,la 2, la 1/8...
Ces SC4B ont été utilisés juste à Rouen et à Strasbourg.
les autres Chausson avec moteur avancé étaient des APH plus anciens comme à Lille ELRT et CGIT et peut être à Dieppe avec un ancien lillois d'occasion (il faut que je vérifie).
Grenoble je ne me souviens pas.


@ citaro27,

Ta remarque sur les receveurs de Rouen m'intéresse :
— j'avais toujours pensé que les trolleybus de Rouen étaient exploités avec un seul agent car on ne voit jamais de poste de receveur sur les trolleys recarrossés (généralement à deux portes AV et ML). D'ailleurs le réseau avait expérimenté des tramways avec un seul agent.
— sur les photos d'autobus (les Chausson nez-de-cochon) on ne voit jamais non plus de poste de receveur et j'étais persuadé que les bus avaient toujours fonctionné avec un seul agent, sauf la ligne 12 parce que je l'avais constaté de visu.

Dans ces véhicules (les trolleys comme les bus) le receveur était-il ambulant, sans poste fixe dans la voiture, se déplaçant dans l'allée pour aller encaisser les voyageurs à leur place ? C'était le cas dans plusieurs villes, dont Limoges (montée à l'avant, pas de loge de receveur). Les premiers trolleys de Rouen (les Vetra CS35 et les CS60 carrossés comme des boites à chaussures) avaient peut-être un receveur itinérant car, en France, c'est en 1941 à Lyon que les receveurs ont eu pour la première fois un poste fixe à l'arrière, dans les trolleys B41.

Les trolleybus Vetra VBRh ex-Strasbourg avaient-ils gardé leur cabine de receveur à l'arrière ? Ce qui supposerait que ce poste aurait été opérationnel, avec montée par l'arrière. Ou bien le receveur y était-il aussi ambulant, auquel cas la porte arrière aurait été condamnée ou supprimée ?

Les photos que l'on trouve de Rouen font croire qu'entre les Chausson nez-de-cochon et l'arrivée des SC10 il n'y a pas eu beaucoup de renouvellement du parc d'autobus. À part les Chausson APU 2552 (SC4B) à portes en 444 et des Berliet PH80 (portes en 042) et PH100 (portes en 044) on ne trouve rien. L'image que je me fais est celle d'un parc constitué essentiellement de trolleybus recarrossés et de Chausson nez-de-cochon. Je me trompe peut-être ?

Sur cette photo on voit bien un Chausson APU 2552 (SC4B) en 444 et on aperçoit le dossier du receveur, situé contre le montant entre les deux premières fenêtres après la porte avant. En revanche je n'ai trouvé aucune photo de nez-de-cochon avec un poste de receveur, ni à l'arrière, ni adossé (*) contre le flanc droit ou gauche après la roue avant. À Orléans il y a eu des Chausson ainsi aménagés (avant plat, arrière bombé, pavillon bas, mais j'ai oublié si le receveur était adossé au flanc droit ou gauche), ainsi que des Berliet PH80 (poste après la porte avant). À Poitiers les petits bus Berliet (qui avaient remplacé les trolleys) avaient un poste de receveur après la porte avant, ainsi que des SC10. Je ne sais s'il y a eu d'autres exemples en France (à part les premiers trolleys ER100 de Grenoble). Je me pose aussi la question (mais je n'ai aucun élément de réponse) pour les S45 (?) ou S53 (?) ayant remplacé en 1965 les trolleys sur Aix-Marseille.

Si tu peux me renseigner sur mes interrogations je te remercie d'avance car je suis très intéressé par la question du service à deux agents en France.

http://flickr.com/photos/jhm0284/113510 ... otostream/
Dernière édition par Terminus le 14 Mai 2014 4:05, édité 1 fois.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Latil 22 » 13 Mai 2014 23:28

Moi je dis que ta photo, Terminus, d'un point de vue bus est peut-être ratée, mais d'un point de vue ambiance, avec les deux personnages du premier plan, est digne de Doisneau :bravo: :bravo: :bravo:
Aimera
Vive le tram à Angers...le vrai !

Mon avatar :
Avatar de l’utilisateur
Latil 22
Rang : Passéoz Annuel
Rang : Passéoz Annuel
 
Messages: 3477
Inscription: 07 Juil 2003 23:51
Localisation: Angers - Aldébaran

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 14 Mai 2014 0:40

Latil 22 a écrit:Moi je dis que ta photo, Terminus, d'un point de vue bus est peut-être ratée, mais d'un point de vue ambiance, avec les deux personnages du premier plan, est digne de Doisneau :bravo: :bravo: :bravo:


Merci, ça me console, car des photos ratées, j'en ai plein, bien davantage que de photos réussies. C'est flou ce que mes photos sont floues, en plus d'être mal cadrées et mal exposées.
Le pire, c'est que j'aime la photographie. Au point de m'obstiner jadis à photographier même après le coucher du soleil, avec des diapos à 25 ASA et sans pied ni support.

D'ailleurs, ça fait des années que je ne fais plus de photo, il me faudrait un reflex numérique car je ne peux pas me servir d'un compact sans viseur.

Cette photo avait été prise avec mon premier appareil, extrêmement rudimentaire : pas de mise au point, pas de diaphragme, pas de vitesses, pas de cellule, avancement du film en tournant un bouton et en regardant un repère dans une fenêtre rouge. Mais c'était du 6 x 6…
J'ai nommé : le Kodak Brownie Flash :
http://www.collection-appareils.fr/x/ht ... Flash.html
http://www.appareils-de-collection.com/ ... flash.html

Et quand on passe un négatif ou une diapo au scanner, on comprend sa douleur !

Comme il n'y a plus guère de scanners dédiés aux films — pour ma part j'utilise un scanner mixte à plat, un Epson 4990, une bonne bécane mais un peu floue par rapport à un scanner pour films — je vois dans des forums, notamment Chass'Images, que certains amateurs mordus se servent de leur gros reflex numérique, d'un objectif macro, d'un pied d'agrandisseur et d'une table lumineuse pour numériser leurs dias et négatifs. Et le résultat rivalise avec des scanners à film à 3 000 €. Le plus dur, même avec un scanner, ce sont les négatifs couleurs, à cause du masque orange transparent du support : il fausse toutes les couleurs et demande un gros travail avec des résultats non garantis, voire bizarres. Même les cadors disent qu'ils ont un mal de chien (*).

Pour revenir à l'ambiance de cette photo, c'est sans doute une question de génération, mais dans les années 50-60-70 les villes étaient plus pittoresques et moins abimées, notamment par la bagnole, du moins avant 1965-70. Elles étaient aussi plus animées : moins de bagnoles = plus de piétons, et ce sont les piétons qui font l'animation, même quand ils se placent devant un rare Chausson SC4B de Grenoble avec des portes en 444 et un moteur en saillie.

À Angers, c'est à partir de 1968-69 que l'anneau des boulevards a été élargi et déboisé, en commençant par le boulevard Foch, lequel avait déjà été réaménagé dans les années 50.

Jusqu'à un peu avant 1960 on peut dire que les villes étaient très proches de leur état au début du XXe siècle, et même qu'elles n'étaient sans doute pas fondamentalement différentes de l'aspect que nous en montrent les photos du XIXe siècle.
À partir de 1960 les choses ont changé très vite, en raison des ZUP, du développement de la bagnole, des zones industrielles et commerciales, et aussi de la télé (il y avait 14 cinémas à Angers, à salle unique bien sûr, et 2 à Trélazé).

Ouverture de la séquence nostalgie :

Adieu,
Les immenses trottoirs en terre, à la piste carrelée ;
Les rangées d'arbres majestueux ;
Les bancs publics fondus en 1892 (**), beaux avec des planches raides ;
Les lampadaires exubérants au bonbon de verre suspendu à leur crosse d'évêque ;
Les becs de gaz de la Montée Saint-Maurice, de la place Racine et du Bout du Monde ;
Les vieilles boutiques à la devanture menuisée ;
Les rails de tramway gorgés de goudron qui rayaient la rue d'Alsace, la rue Paul Bert et la place André Leroy ;
Le vrai Père Noël et son âne véritable au rayon des jouets aux Dames de France ;
Les nuages de fumée qui enveloppaient les passants sur les ponts de chemin de fer ;
Le sifflet des locomotives, le pin-pon des autorails ;
Les hauts-parleurs des Gaubourgs qui braillaient dans la nuit sur les voies ;
Les tombereaux à cheval des éboueurs ;
Les autobus Renault R4211 qui hurlaient, montant la rue de la Roë ;
Les silencieuses Sovel, bennes électriques du nettoiement ;
Les lampadaires tout neufs, puissants comme un briquet, qu'on croyait suffire pour lire un journal ;
Les péniches qui peinaient longtemps sous le pont de Verdun contre l'eau de la Maine ;
Les grues électriques du port et leurs sabliers ;
Les boutiques aux téléviseurs enviés et à la foule nocturne regardant le match ;
Les immenses réseaux de trains électriques installés parfois dans les Nouvelles Galeries ;
Les premiers feux tricolores et leurs badauds venus les voir à pied ;
Les bornes Michelin, aux destinations lointaines : Pellouailles-les-Vignes ou Beaucouzé…

Fin de la séquence nostalgie, je me remets en mode normal. Il est temps d'aller se coucher.

_______________
(*) On dirait que c'est une tautologie, non ?
(**) Ou peut-être en 1896.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar citaro27 » 14 Mai 2014 15:49

A Rouen les CS60 recarossés (sauf le 191 qui avait était refait en CS35 mais avait une palque constructeur CS60) avaient un poste receveur à l'avant, les 2 VBRh ex.Strasbourg à l'arrière.
UN certain nombre de APH48 et 50 avaient des postes receveurs à l'arrièrre.
Il y eu de nombreux Chausson APH52, 3 ASH52 et un ex.APU RATP N°85 (je dis ex. car les sièges étaient marqués RATP et le moteur d'origine était un Hispano qui a dù etre changé par la suite par un Somua (au bruits..))

extrait (sous réserve car fait par mes observations)
Année N° Marque Modèle Caractéristiques Sup
CTR-1953 63-65-67-69-70 Chausson APH52 3p-C(sauf65)-110ch-BM 69-70-73-75
64 " APH50 3p-C-110ch-BM ?
66-68-71 " ASH52 3p(68-71)2p202(66)150chBSA 69-72 71 modifié en APH vers ?
1954 72à77-79-80 " APH52 3p-C-110ch-BM 69-73à75
78 " APH50 3p442-C-110ch-BM ?
1955 81à84 " APH52 3p442-C-110ch-BM 72-75
85 " AHH52 3p442-C-140ch-BSA 70 modif en ASH vers 60
1956 86à90 " APH52 3p-C-110ch-BM 72à74 87 inconnu, sup vers ?
1957 91à93 " APH52 2p042-C-110ch-BM 75
1958 94à98 Berliet PLH 2p-125ch?-BSA 73à74 98 inconnu, sup vers ?
1959 1à4 Chausson APH52 2p042--110ch-BSA2à4-BA1 75
1960 5à9 Berliet PH85 2p-125ch-BSA 75
1961 10à12 Chausson APH52 2p042-110ch-BSA 75 11 inconnu, sup dans l'année?
1962 11-13-14 Berliet PH100 2p-150chBSA ? 11et13 reunis en proto arti 3caisses double sens en 82
158-159 Vetra-Renault VBR 3p-C-100ch 69 ex.Strasbourg
1963 15à18 Chausson APH50 3p-110ch-BM 69 ex.Nice
191 Vetra-Renault ex.CS60 2p-100ch maxi71 carrosserie CTR, gabarit CS35
1964 201à210 Chausson APH2552 3p-444-C-140ch.mot Hispano-BSA 77-78

Il faut ajouter les APH48 (nez de cochon) à 2 portes 202 N°20à24 ?
les APH50(nez de cochon) N°25? à 49 et 54à62 et les ASH50 N°50à53
plus dans la liste ci-dessu des APH50 achetés d'occasion et qu'il avaient tous un poste receveur.
J'ai marqué dans la liste la lettre C, ce qui signifie qu'ils avaient un poste de receveur, BM boite manuelle,BSA boite semi-automatique.
Maintenant il est possible qu'il y ait un certain nombre d'erreurs.
citaro27
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1435
Inscription: 16 Avr 2009 7:11

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 15 Mai 2014 1:17

Bonsoir citaro27, et les autres amateurs de Chausson,

Merci pour ta liste très détaillée du parc de Rouen.

Le réseau de Rouen est particulièrement intéressant parce que certains véhicules étaient atypiques, voire uniques dans le cas des trolleys, et aussi parce que le deuxième agent, le receveur, était placé de façon inhabituelle (ailleurs il était en général à l’arrière).
Il y avait aussi une très forte proportion de nez de cochon.

Par ailleurs je suis très intéressé par tout ce que je peux trouver sur le service à deux agents en France, et sa période finale.

Je remarque plusieurs points dans ta liste :
- il semble qu’il y a un doublon concernant l’autobus n° 11 :
• en 1961 : un n° 11 Chausson APH52 2 portes en 042 à un seul agent (donc sans cabine de receveur) ;
• en 1962 : un autre n° 11 Berliet PH100 2 portes (sans doute 044) à un seul agent.
- toujours au sujet du n° 11 : les Berliet PH100 n° 11 et 13 ont été réunis en prototype articulé à 3 caisses à double sens en 1982. Mais quelle allure avait ce monstre ? Deux faces avant et pas d’arrière ? Et d’où venait la 3e caisse ? Il aurait eu deux moteurs et deux volants ? C’est peut-être Berliet qui a fait le travail ? Cet engin paraît extraordinaire !

Tu nous parles dans ton post-scriptum des séries de bus Chausson :
- 20 à 24 en APH48 ;
- 25 à 49, en APH50 ;
- 50 à 53 en ASH50 ;
- 54 à 62 en APH50.
Ça m’intéresserait grandement d’avoir quelques détails sur leur disposition de portes et sur le mode de service (1 ou 2 agents).
Peux-tu me renseigner sur ces points ? Certaines de ces séries ont peut-être été livrées en diverses configurations ?
Par contre les motorisations et les boites de vitesses me sont indifférentes, inutile de les préciser.
Mais APH48 et APH 50 = nez de cochon ?
Et ASH50, nez de cochon ou avant droit ?
C’est le problème avec les dénominations de Chausson, on ne sait jamais.

En regardant les photos sur internet, je n’arrive pas à voir de cabines de receveur sur les trolleys ni sur les Chausson (sauf les SC4B de la ligne 12). Déjà il y a beaucoup de reflets et de monde. C’est pourquoi j’avais initialement pensé à un receveur ambulant.

Sur ces photos de trolleybus on ne voit pas de cabine de receveur. Le receveur était-il placé sur un simple siège derrière le conducteur ou bien son siège était-il situé ailleurs ?
Elles datent de 1968.
http://flickr.com/photos/jhm0284/5733537848/lightbox/
http://flickr.com/photos/jhm0284/5736435495/
http://flickr.com/photos/jhm0284/573698 ... otostream/
http://flickr.com/photos/jhm0284/573643 ... otostream/
http://flickr.com/photos/jhm0284/573643 ... otostream/
http://flickr.com/photos/jhm0284/539313 ... otostream/
http://flickr.com/photos/jhm0284/591873 ... otostream/

Et là on voit que sur ce trolley c’est le conducteur qui fait la perception. C’était en 1965, mais peut-être s’agissait-il d’un dimanche, jour où (mais c’est une supposition arbitraire de ma part) les receveurs auraient pu ne pas travailler par économie (*) :
http://flickr.com/photos/jhm0284/5918174439/
http://flickr.com/photos/jhm0284/591873 ... otostream/

Sur ce Vetra VBRh ex-Strasbourg (158), le siège du receveur est toujours là, mais on ne voit pas son bureau, comme si le siège était affecté aux voyageurs :
http://flickr.com/photos/jhm0284/573698 ... 5917525594

Sur ces photos de Chausson nez de cochon on ne voit pas de poste de receveur :
http://flickr.com/photos/jhm0284/5732992561/lightbox/

Si tu peux répondre à mes interrogations je te remercie vivement.

Ici, pour le plaisir, il y a de belles photos de Rouen, entre autres, à partir de la 8e photo de la page 15 :
http://histobus.free.fr/RATP/BP/forum.a ... s-RATP.htm

________________
(*) à Tours par exemple, dans la période de transition vers le service à un seul agent, je crois que les trolleys étaient en semaine exploités avec 2 agents en heures de pointe, avec montée à l’arrière, et avec 1 seul agent en heures creuses, avec montée à l’avant ; le dimanche les trolleys ne roulaient peut-être pas car j’ai le souvenir d’un passage à Tours un dimanche sans trolleys. Les derniers trolleys des lignes B et B1 (VBRh et SW Somua) ont fini leur vie en service à un seul agent avec la porte arrière condamnée.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 15 Mai 2014 1:55

Et voici un vieux Chausson APH de Nantes, en disposition de portes 222, vu en 1967. Il assurait un service d'usine. L'indice S désignait peut-être, mais c'est à vérifier, toutes les lignes de service d'usine. Celui-ci était marqué « RESERVÉ BATIGNOLLES ».
On voit que le système nantais d'affichage de l'information — boitier lumineux sous le pare-brise pour l'indice de ligne et plaque opaque de destination sur le pare-chocs, d'ailleurs que devenait cette plaque en cas de choc ? — était particulièrement mal conçu. Un cycliste suffisait pour les cacher. Les APH n'avaient même pas de girouette.

Ces bus étaient équipés pour le service à deux agents (bureau de receveur à l'arrière), mais à cette époque les nez de cochon, qui avaient vieilli, n'assuraient plus que les services particuliers, avec un seul agent et entrée par l'avant. On peut penser logiquement que la porte arrière était inutilisée mais ce n'est qu'une supposition.
Ils étaient dans la livrée traditionnelle de l'époque : crème assez foncé pour le haut et bleu foncé pour le bas, mais plus clair que le bleu marine.

Ce bus roule, grosso-modo, à l'emplacement du tramway actuel. L'Erdre, avant les années 30, coulait là où est la chaussée centrale, entre les arbres, lesquels n'existaient pas à l'époque de la rivière.
La photo avait été prise entre 13 et 14 h, c'est pourquoi la circulation est faible.

Image
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar citaro27 » 15 Mai 2014 9:26

Il n'y a jamais eu de receveur ambulant dans les trolleys et les bus, seulement du temps des tramways.Beaucoup de questions.
Sur les trolleys CS60 le receveur était en montant à gauche et pas derrière le conducteur;
Sur la photo où on voit le N°200 (proto ex.RATP) il n'y avait pas de receveur (excellent trolley sur la ligne 20, silencieux, nerveux, je l'ai emprunté quelques années)
Les receveurs étaient le plus souvent à l’arrière sauf dans quelques bus avec montée à l'avant (ce devait etre lecas des SC4 curieusement)
D’après les photos du APH50 il se peut que certains bus aient été débarrassés de leur poste receveur lorsqu'ils étaient affectés à des lignes avec agent unique.
Plus généralement les APH48,50 et ASH50 sont des "nez de cochon" c'est à partir des modèles 52 que la face avant plate englobant tout le moteur est apparue.
(voir le livre sur l'histoire des Chausson)
Pour mémoire les premiers modèles Chausson n'avaient pas le "nez de cochon" car n'ayant pas de moteur assez long (avant le Panhard) entre autres sur le réseau du Havre

Il n'y avait pas de receveurs ambulants dans les trolleys et les bus mais dans les tramways.


Dans la série de photos anciennes je retrouve une de mes phots avec des SC10 garés devant l'ancien dépôt de Constantine
citaro27
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1435
Inscription: 16 Avr 2009 7:11

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 15 Mai 2014 23:52

Voici un Chausson vu en 1967 à Nantes, sur la place Pirmil (tête sud du grand pont).

Il s'agit du n° 298, 642 FM 44, sans doute livré au milieu de l'année 1958, selon le site http://plaque.free.fr/f_f.html.
Il est en service sur la ligne 41 (Le Val d'Or — St-Nicolas — Lion d'Or) et va vers le sud (Lion d'Or). Il fonctionne avec deux agents avec montée par l'arrière.

Le poste du receveur était assez rudimentaire : un simple bureau de bois peint en marron, sans vitre de séparation. Le receveur était assis latéralement contre le flanc droit, derrière lui la vitre était (je crois ?) teintée en vert, un peu comme des lunettes solaires, pour tamiser les rayons du soleil (ou était-ce une plaque de plexiglas ?). De son pupitre le receveur commandait l'ouverture et la fermeture des portes arrière et centrale — le conducteur s'occupait de la porte avant — et il disposait d'un bouton pour faire tinter la sonnerie que le conducteur attendait pour pouvoir redémarrer. Le receveur annonçait de vive voix les stations (dans certaines villes et sur certains matériels il disposait d'un micro, ce que j'avais vu à Lyon).

Avant la pose de cadres publicitaires il y avait trois plaques d'itinéraire sur chaque flanc, indiquant les deux terminus et la station centrale (par exemple : DALBY COMMERCE ZOLA).
Avec la publicité il ne restait de place que pour deux plaques, aussi sur le flanc droit on ne garda que la plaque de destination ; mais sur les lignes suburbaines des photos montrent l'usage de deux plaques (par exemple : COMMERCE COUËRON), tandis que sur le flanc gauche on perdit l'usage d'y placer des plaques et l'on voit des photos où leurs supports avaient même disparu. Ça faisait de la manutention aux terminus, avec l'avant et l'arrière !

Derrière ce bus on aperçoit un Chausson plus ancien à pavillon bas, peut-être sur la ligne 42 vers Sèvres. Ces deux lignes 41 et 42 étaient en tronc commun sur 75 % de leur parcours et leurs horaires étaient sans doute imbriqués (?).
À droite, en arrière-plan on voit un mirador pour agent de police faisant la circulation.

À cette époque (en 1967), le réseau de Nantes était exploité en semaine avec deux agents sur toutes les lignes sauf, je crois, la ligne 23, Léon Bureau — Commerce — Roche Maurice, qui était probablement intermittente (?, à confirmer).
Le dimanche il est probable que le service fût jadis aussi à deux agents, mais par la suite, à une période que je ne saurais dater, les bus furent exploités ce jour-là avec un seul agent. Ce que l’on voit sur Flickr dans les photos de jhm0284, prises en 1974 un jour de fête (avec drapeaux tricolores sur le front) : la ligne 30 nord-sud, une des plus fortes, avec trois antennes à chaque bout, était exploitée en semaine à deux agents :
https://secure.flickr.com/photos/jhm028 ... 9647481410

Sur un plan de 1962 on voit que le réseau CNTC de Nantes avait une structure de lignes très simplifiée, elles étaient numérotées par dizaine :
— ligne diamétrale 11 et 11 ;
— lignes diamétrales jumelées 21, 22 et 22 ;
— ligne 23, à un seul agent ;
— ligne 30 diamétrale à 3 antennes à chaque bout ;
— ligne diamétrale 34 ;
— lignes diamétrales jumelées 41, 42 et 42 ;
— ligne circulaire 51 dans un sens, 51 dans l'autre, avec deux antennes au nord, cette circulaire ressemblait plutôt à deux parenthèses jumelées en (), une sorte de jonction de deux lignes radiales ;
— lignes 52, 53 et 53 diamétrales jumelées et tangentes en partie à la circulaire ;
Il y avait aussi deux lignes suburbaines partant de la place du Commerce :
— ligne Y (La Montagne), à un seul agent ;
— ligne Z (Couëron), à un seul agent.
Les indices barrés indiquaient un service partiel ou le sens sur la circulaire.

Il y avait deux stations centrales avec chacune un local :
— la place du Commerce pour les lignes 11, 11, 23, 30, 34, 51, 51, 52, 53, 53, Y et Z ;
— St-Nicolas pour les lignes 21, 22, 22, 41, 42, 42. Mais en semaine à partir de 21 h environ et toute la journée des dimanches et fêtes elles étaient déviées par la place du Commerce, via un autre itinéraire.

Dans les années 60, la couverture géographique était assez faible, mais il y avait de la fréquence, du moins sur les principales lignes.
Le réseau ne desservait pas toutes les communes périphériques : les lignes urbaines desservaient Rezé et faisaient des incursions à Orvault.
Les deux lignes suburbaines desservaient Bouguenais et La Montagne (ligne Y), St-Herblain et Couëron (ligne Z).
St-Sébastien, Ste-Luce, Vertou, La Chapelle-sur-Erdre, Carquefou étaient des communes ignorées de la CNTC.

La billetterie était au standard de l'époque : tarif à la section, avec tickets à lamelles que le receveur oblitérait dans la « moulinette ».

Dans les années 50-60 les Chausson régnaient sans partage à la CNTC (Cie Nantaise de Transports en Commun), du moins après la réforme des Renault 215D et avant l'arrivée des SC10 en 1968.

Les premiers Chausson de Nantes furent des nez de cochon (3 portes en 222), puis le réseau reçut des Chausson à avant plat et arrière bombé (3 portes en 222). Ensuite vinrent des Chausson à avant et arrière plats, à pavillon bas (3 portes en 422) dont certains étaient munis d'une galerie de toiture avec échelle arrière, comme des autocars. Ensuite arrivèrent des Chausson semblables, mais à pavillon haut (3 portes en 422) avec différents types de calandre.
Tous étaient équipés d'un poste de receveur à l'arrière droit, dans les 222 ce poste était décalé de la simple porte, mais dans les 422 il était contre la double porte. Mais tous ces bus pouvaient aussi servir avec un seul agent avec entrée à l'avant, du moins en principe car le nez-de-cochon de la CNTC qui a été restauré n'est pas équipé, sur le capot moteur, d'un support pour la moulinette, ni d"une sébile, ni d'un tiroir pour les tickets et la caisse, ce qui fait douter.

Certains Chausson subirent plus tard une importante modification de carrosserie pour les adapter au service à un agent avec oblitérateur automatique. Il fallut doubler l'entrée avant d'une seconde porte après la roue avant, supprimer la double porte arrière et doubler la sortie médiane (deux portes simples à deux panneaux séparées par un montant central). De 422 ces bus devinrent 0422.

Tous les types de Chausson furent reçus en livrée crème et bleu, mais ceux aux portes modifiées furent repeints dans la nouvelle livrée gris/rouge/gris, adoptée pour les premiers SC10.

La « méthode nantaise d'affichage de l'information » (capot de ligne lumineux sous le pare-brise et plaques métalliques de destination sur la calandre) a été appliquée sur tous les Chausson. Même les gris/rouge/gris aux portes transformées en 0422 conservèrent ce système.
Pour les 215D, j'ai un doute : le bus restauré à Nantes (avec capot de ligne lumineux sous le pare-brise) n'est pas nantais d'origine, c'est un ex-Mulhouse. Or on voit sur des cartes postales :
— un 215D avec une girouette frontale inutilisée, mais une plaque métallique de destination entre le pare-brise et la calandre, et il n'a pas d'indice de ligne ;
— un autre disposé de la même façon, mais avec, en plus, ce qui ressemblerait davantage à un plaque d'indice de ligne (peut-être surmontée d'une barrette d'éclairage) sous le pare-brise à gauche, plutôt qu'au traditionnel boitier éclairant.
Ces copies de cartes postales, très petites, laissent dans l'incertitude.

_____________
P.-S. : les Transports Démas d'Angers (ex-Siroux) ont possédé quelques Chausson identiques au modèle de la photo, celui du premier plan. Ils étaient trois, achetés d'occasion dans la région parisienne (je ne sais plus si c'était le département 77 ou le 78). Il y avait peut-être deux 422 (?) et un 402 (?), mais mes souvenirs sont assez incertains. Ils ont aussi possédé plusieurs Chausson à pavillon bas, plus anciens. Tous étaient à un seul agent : il n'y avait pas beaucoup de sous et c'était un trafic suburbain assez modeste.
Par ailleurs, l'usine de Montreuil-Belfroy des TLH (Tréfileries et Laminoirs du Havre), devenue ensuite Tréfimétaux puis Cégédur possédait trois Chausson pour son service de ramassage. Deux à pavillon haut dont un en 402, et un autre en 422 (?) ou 442 (?). Il y avait aussi un Chausson à avant plat et arrière bombé dont j'ai oublié s'il était en 402 ou en 202. Un des deux pavillons hauts était muni d'un capot de ligne au-dessus de la girouette.


Image



Image
Dernière édition par Terminus le 16 Mai 2014 13:07, édité 1 fois.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar BBreteau » 16 Mai 2014 8:29

Bonjour
Toujours des commentaires très intéressants à lire ,Terminus et merci beaucoup.Concernant tes photos , je trouve ces documents de grande valeur comme on peut voir celle de Grenoble avec ce chausson vu d'arrière et la dimension de l'affichage publicitaire à l'époque.De même que celle d'un Chausson de Démas quittant son arrêt place Lorraine.
Concernant les Chausson re-stylisés à l'avant , je trouve ça affreux, comme celui-ci:
Image
Très intéressant aussi tes commentaires sur Nantes , j'ai vu une photo de JH.Manara , un Chausson de Nantes version 422 ,rouge et gris.Je vais revérifier et la poster.Il semblerait que certains Chausson Nantais ont eu une livrée rouge et grise sans changement de configuration de porte.
Cette photo ou carte postale qui représente les deux marques de cars et bus en "vogue" à l'époque . Je ne sais pas dans quelle ville (cliquez sur la photo pour la voir en entier) ;) :
Image
J'ai des souvenirs des bus Chausson à Angers concernant le transports des usines Cégédur.Comme tu l'as décrit , 2 Chausson pavillon haut avec capot de ligne (au moins 1 des 2 urbains) et Chausson arrière arrondi porte 202.Au début des années 80 , ce Chausson sera chez Landreau à St Jean des Linières ( je le voyais souvent quand j'allais à Angers le dimanche à cette période)
Enfin quelques Chausson de Strasbourg et des Chausson restaurés , bravo à ceux qui remettent en état ce patrimoine routiet , ferroviaire etc... A+.
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
BBreteau
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 535
Inscription: 04 Mar 2013 16:03

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar citaro27 » 16 Mai 2014 8:36

Pour, apporter quelques réponses que je n'ai pas faites plus avant:
le Berliet N°11 de 1962 a du remplacer le Chausson même N° de l'année précédente qui a "disparu" de la liste . Casse prématurée ?
C'est le résultat de mes observations de l'époque.
Tous les Chausson de Rouen avaient l'arrière bombé sauf le 85 ex.RATP.

Les receveurs avaient des postes non fermés au dessus d'une ceinture métallique avec portillon, mais pas de vitrage ni aucune autre protection ce qui vu de l’extérieur peut paraître invisible.
Les dispositions de portes sont indiquées dans la liste (ex.442,222,022 etc.)

Les Berliet PH100 11et 13 ont été réunis tète-bêche, sans élément intermédiaire, ce qui faisait un bus à double sens avec la face avant à chaque extrémité.
De plus il devait avoir des roulettes de guidage horizontales.
Curieux, mais le projet à cette époque était de faire une sorte de BHNS avant l'heure ou Bus Rapid Transit avec le projet d'un tunnel partant de la gare RD vers le plateau des Sapins sur le modèle des bus guidés de Essen en Allemagne (O405 avec des roulettes horizontales) utilisés aussi en Australie et en Grande-Bretagne.
On ne parlait pas encore de tramway.
Aujourd'hui c'est la ligne 2 du TEOR qui dessert ce plateau par route conventionnelle.
citaro27
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1435
Inscription: 16 Avr 2009 7:11

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar citaro27 » 16 Mai 2014 10:02

Apres discussion avec un ancien rouennais,ce matin, quelques précisions:
-les APH48 étaient 3 :N°21à22 (une seule vitre à l'arrière) avec receveur à l'arrière
-les APH50 avaient pour la plupart un poste receveur à l'avant (utilisés avec receveur sur les lignes 1/8-2 et 6)
-parmi les APH et ASH52 il y aurait eu des échanges de moteur au cours de leur vie des ASH devenant APH et peut être un ou deux moteurs Hispano (AHH dans ce cas)
-les dispositions de portes pour certains modèles sont à vérifier
-les APH50 N°15 à 18 seraient des ex.Bordeaux et non pas Nice
-le N°11 n'a jamais existé en Chausson mais uniquement en Berliet (il y aurait eu encore en ancien 215D qui aurait eu ce numéro ou qui aurait perturbé la numérotation.(des 215D on été transformé en bus sans sièges et avec trappe à l'arrière servant notamment à déverser du mâchefer l'hiver sur la neige dans les lignes de cote et servant aussi de dépanneuse, un autre ayant été transformé en camion benne.
Bref encore des confusions et une situation complexe à Rouen.
citaro27
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1435
Inscription: 16 Avr 2009 7:11

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Latil 22 » 16 Mai 2014 20:42

Dis-donc Terminus dans ta séquence nostalgie et son inventaire à la Prévert tu à tout de même oublié quelques menus plaisirs et autres joyeusetés : les pompes à m... (comme disait mon grand-père) qui embaumaient nos rues après quelques vidanges de basses fausses et la bonne odeur de naphtaline des marchands de peaux de lapin de la place Bordillon qui ont bercé ma prime jeunesse :mrgreen: :mrgreen:
Aimera
Vive le tram à Angers...le vrai !

Mon avatar :
Avatar de l’utilisateur
Latil 22
Rang : Passéoz Annuel
Rang : Passéoz Annuel
 
Messages: 3477
Inscription: 07 Juil 2003 23:51
Localisation: Angers - Aldébaran

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 17 Mai 2014 1:50

Bonsoir tout le monde,

Tout d’abord merci à BBreteau pour avoir lancé ce sujet sur les Chausson, des bus aimés de tous ceux qui les ont connus. Ils laissent de la nostalgie derrière eux. Heureusement qu’à Angers il y avait les Transports Démas, petit transporteur privé aux risques et périls avec sa ligne Angers — Montreuil-Belfroy, et les Tréfileries et Laminoirs du Havre aussi à Montreuil-Belfroy, grâce à eux nous avons eu du matériel urbain Chausson. Nous étions plutôt Renault et Berliet.
Tu as mis de très intéressantes photos. Tu ne sais pas la ville pour l’une d’elles, mais moi je te garantis que c’est Valence, d’ailleurs c’est écrit sur la publicité peinte sur l’arrondi du toit…
Il me semble que, pendant une période, les Chausson de Valence ont été exploités avec deux agents, avec le receveur à l'arrière (au moins sur une ligne ?).

Merci à citaro27 pour ses renseignements détaillés qui m’intéressent beaucoup. Nous reparlerons peut-être des trolleybus, made in Rouen, ils en valent le coup. Tu n’as sans doute pas de photo du monstre articulé, dommage, ça nous aurait captivés !

Je suis d’accord avec Latil 22 : j’aurais du inclure dans ma liste les pompes à fiente. J’y avais pensé, mais je n’ai pas voulu polluer ma liste. Je les ai très bien connues, car jadis Angers était sous-développé en tout-à-l’égout et, dans la maison que nous habitions, les wc étaient au bout jardin. De temps à autre il fallait faire venir la vidangeuse. Ses gros tuyaux, depuis la rue, devaient passer par le vestibule d’entrée, puis la cuisine et le jardin. Il fallait mettre des journaux par terre, c’était plus sûr. Mais pour la puanteur, il n’y avait aucune parade. Quand le travail était fait, mes parents offraient un coup de rouge.
Par ailleurs nous n’avions qu’un robinet pour toute la maison, sur l'évier d'une petite arrière-cuisine, plus un robinet dans le jardin. Aucun lavabo, bien sûr, et un broc en guise de chasse d'eau, avec glaçons en hiver !

J’aurais pu aussi parler des camions qui livraient les sacs de charbon. Comme dans beaucoup de logements nous n’avions pas de chauffage central, seulement la cuisinière et des poëles dans les rares autres pièces. Et on ne chauffait que le soir avant de se coucher… Il fallait donc faire venir les charbonniers : ils faisaient un travail crevant et portaient sur l’épaule des sacs très lourds, on aurait dit des forçats. Ils étaient noircis de partout, bien plus que les mécaniciens des locomotives à vapeur. Chez nous la livraison prenait le même chemin que la vidange : le vestibule d’entrée, puis la cuisine et le jardin. Et après, mes parents offraient aussi un coup de rouge : c’était la tradition.

Il y avait aussi la double distribution du courrier par le facteur : le matin et l’après-midi. Personne n'avait le téléphone, sauf les gens qui l'utilisaient dans leur métier, et ceux qui étaient aisés.

En revanche je me souviens de la naphtaline des peaux de lapin, place Grégoire Bordillon, mais je ne l’ai connue que tardivement car, dans mon enfance nous n’allions guère dans la Doutre : c’était de l’autre côté de l’eau, et comme nous n'avons jamais eu de voiture nous faisions tout à pied, sans même prendre le bus (*), par économie ! Mais je me souviens très bien des marchands ou marchandes de peaux de lapin, avec leur charrette à bras pleine de peaux : ils criaient « peaux d’lapin, peaux d’lapin, peaux ! » en modulant leur voix comme pour crier « pin-pon », en insistant sur « peaux ». Ils paraissaient très miséreux. D’ailleurs, dans les années 50-60, les gens, pour la plupart, ne paraissaient guère riches.

Quand je disais qu’à cette époque nous vivions un peu comme au début du XXe siècle, voire à la fin du XIXe…
Je ris quand on dit qu’Angers est une ville bourgeoise, comme si les gens y avaient plein de fric ! On le dit aussi d’autres villes, mais je m'étonne qu'on le dise bien plus rarement des villes les plus friquées. Pour moi le seul critère fiable, c'est l'argent, mais Angers ne bat aucun record de revenus, de patrimoine ni d'imposition, nous sommes seulement dans la moyenne. Malheureusement on n'a pas de mal à trouver pire…

Pour revenir à nos Chausson, en voici un vu à Nantes en 1967. Il est stationné sur le parking d’heures creuses de l'allée Baco.

C'est le n° 260, immatriculé 38 DM 44, livré vers la fin de 1955.
Il a une particularité rare : il a une galerie de toiture avec une échelle, comme les autocars de l’époque. Je pense que ce genre de bus servait surtout sur les deux lignes suburbaines de Nantes (vers La Montagne et vers Couëron). Mais là il avait fait une autre ligne, probablement la 23, en raison de la plaque LÉON BUREAU. Ou alors une desserte des chantiers navals car son capot de ligne est vide, la ligne 23 n'est qu'une supposition plausible. Cette ligne 23 desservait la zone des chantiers navals à la pointe de l’île, par le boulevard Léon Bureau, puis la place du Commerce, puis les quais vers Chantenay, elle allait jusqu’à la Roche-Maurice, un pauvre quartier au bord de la Loire (à l‘aplomb de l'actuel pont de Cheviré). Ce quartier coincé entre le quai de déchargement des bateaux, le chemin de fer, les usines et le gazomètre à deux pas devait être bien pauvre et sinistre. En face, Trentemoult l'était aussi, sous-prolétaire même, alors qu'aujourd'hui c'est un boboland. À Roche-Maurice se trouvait aussi un camp de relogement d’urgence (le camp Blanchard), c’était l’équivalent du camp de Pignerolles à côté d’Angers, à St-Barthélemy. J’ignore tout des horaires, mais cette ligne 23 était sans doute intermittente. C’était très probablement la seule du réseau urbain desservie avec un seul agent, mais les deux lignes suburbaines Y et Z l’ont été aussi.

____________
(*) À Angers, longtemps, pour désigner les autobus urbains on disait, notamment la presse locale, les « cars de la ville », une expression que je détestais. À l'inverse, aujourd'hui, pour désigner un autocar (ou un car), on dit un bus !
C'est vrai que sur les cartes postales anciennes et les vieux guides ou almanachs on les appelait aussi « autobus », tandis que sur les horaires de chemins de fer on utilisait le mot « car ».

____________

Sur les photos de détail on voit des éléments intéressants, notamment le « système nantais d’information tout en plaques ».
On voit que, selon que le bus était utilisé avec deux agents ou un seul, certaines plaques étaient retournées car l'accès se faisait par la porte opposée :
— service à deux agents, montée par l'arrière, sortie au milieu et à l'avant : derrière le receveur posté à l'arrière la plaque indique [correction] « ← ENTRÉE » avec une flèche et à gauche de cette flèche, en petit, un texte dont je suppose (?) qu'il disait de préparer sa monnaie, mais c'est trop flou sur les photos pour être lisible ; au-dessus de la roue avant droite une autre plaque indique « ENTRÉE INTERDITE » ;
— service à un seul agent : montée à l'avant, sortie au milieu (la porte arrière ne s'ouvrait peut-être qu'aux terminus ?) ; la plaque derrière le receveur est retournée et indique « MONTEZ À l'AVANT ➞ » ; au dessus de la roue avant droite la plaque est retournée et indique : « SERVICE à UN AGENT PRÉPAREZ MONNAIE ou TICKETS ou CARTE ».

Image



Image



Image


Et revoici notre n° 260, 38 DM 44, tel que je l'ai retrouvé sur cette photo de jhm0284 sur Flickr :
— il a toujours sa galerie de toit ;
— il est toujours au même endroit, grosso-modo : l'allée Baco, près de l'hôpital ;
— mais c'est en 1974, 7 ans plus tard.
Sur cette photo Il a 19 ans.
J'ignore sa date de réforme. Mais on peut dire que pour l'époque c'est un bus qui a eu une très longue carrière.

Il est en stationnement d'heures creuses après avoir desservi la ligne suburbaine Z, Commerce – Couëron, en service à un seul agent.

http://flickr.com/photos/jhm0284/104724 ... /lightbox/
Dernière édition par Terminus le 19 Mai 2014 3:44, édité 1 fois.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Latil 22 » 17 Mai 2014 20:51

Spécial nostalgie pour Terminus

:mrgreen:

Image
Aimera
Vive le tram à Angers...le vrai !

Mon avatar :
Avatar de l’utilisateur
Latil 22
Rang : Passéoz Annuel
Rang : Passéoz Annuel
 
Messages: 3477
Inscription: 07 Juil 2003 23:51
Localisation: Angers - Aldébaran

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 17 Mai 2014 23:13

Ah ! Mais oui !

Ça doit bien être une benne SOVEL.
Dans un premier temps, comme cet engin est peint en couleur sombre j'ai pensé à un camion Berliet, à moteur thermique. Bien moins intéressant que les SOVEL qui les avaient précédés.
C'est curieux, dans mon souvenir, les SOVEL — et les Berliet aussi — étaient peintes en gris clair (un peu métallisé ?). J'en suis même certain, et j'ai oublié la couleur sombre.
Les Berliet, et les camions qui suivirent avaient une benne très différente de celle des SOVEL : grande pour les Berliet, pas très haute pour les SOVEL.
C'est une photo très intéressante.

Les SOVEL étaient électriques (à accumulateurs rechargés pendant la nuit), avec un avant évoquant un trolleybus, comme le camion qu’on voit ici (SLEVE, Société l’Air Liquide), la 1re photo :
http://www.usinages.com/blabla/sovel-t15567.html
(voir cette photo page 1 dans le message de Celestin, le 17 Fév 2010, à 17:07)

Mais bien sûr pas avec ce plateau à ridelles en bois, les SOVEL d’Angers avaient une benne assez plate avec un recouvrement par capotages coulissants sur glissières comme ce modèle-là de Colmar (celui de la grande photo du haut, mais sa cabine n'a rien à voir) :
http://images.forum-auto.com/mesimages/ ... ovel02.jpg

Voir aussi ce lien sur la SOVEL (Société de Véhicules Électriques), la cabine du camion-citerne vert ressemble beaucoup au style des SOVEL d'Angers :
http://www.memoires-industrielles.fr/doc/fiche/2072

Je suppose que ce sont les SOVEL qui ont été les premiers camions-bennes d'Angers et ont remplacé les tombereaux à un cheval. Ces tombereaux avaient de grands flancs et, je crois, pas de couvercle : les éboueurs déchargeaient directement les poubelles par-dessus les flancs.
Si je ne me trompe pas, le cocher était assis, haut perché, sur un simple banc et les roues de charrette avaient été remplacées par des roues à pneus, l'essieu avant était sans doute monté en cheville ouvrière. Peut-être Le Courrier de l'Ouest a-t'il publié une article avec photo lors de leur suppression ?
Je pense que vers 1954 ou 1957, très évasivement, il y avait toujours de ces tombereaux à cheval à Angers. je me souviens qu'ils portaient des plaques en tôle émaillée (textes en blanc sur fond bleu) dans le même style que celles des noms de rues, elles indiquaient (sans garantie du texte) :

VILLE D'ANGERS
VOIRIE MUNICIPALE

ou peut-être :
VILLE D'ANGERS
NETTOIEMENT

Le numéro de parc du tombereau figurait sur une simple plaque identique à celles que l'on utilise pour le numéro des maisons (tôle émaillée à textes blancs sur fond bleu).

Les SOVEL, à la cabine étroite, avaient vraiment une belle gueule, elles étaient très compactes, avec un empattement assez court et les coffres d'accumulateurs placés entre les essieux (comme sur la photo de Latil 22 et comme sur la 1re photo du camion SLEVE Air Liquide).
Elles étaient absolument silencieuses. On n'utilisait pas le mot « design » à l'époque, pourtant les SOVEL méritaient d'être complimentées pour leur design très dépouillé, très efficace, assez pur et même élégant malgré la trivialité de leur usage. Les camions thermiques, en comparaison, étaient des balourds. Mais les trolleybus de l'époque étaient eux aussi plus beaux que les autobus. L'absence de calandre de radiateur les rendait un peu étranges, dans le genre étonnant. L'absence de bruit y contribuait aussi.
Même leur nom, SOVEL, était beau.

Je crois que ce principe de véhicule électrique avait été abandonné à Angers parce qu'ils coûtaient cher à l'exploitation (entendu jadis d'un employé du service du nettoiement).
Et puis leur benne permettait seulement de stocker et pas de compacter, tandis que les bennes hautes des Berliet compactaient sans doute.

Tout ces véhicules étaient garés au parc municipal, rue La Bruyère, juste après le cimetière de l'Ouest. La photo de Latil 22 a été sans doute prise là.

Dans la 1re photo, le logo SLEVE signifie peut-être Société pour la Location et l'Exploitation de Véhicules Électriques, mais ce doit plutôt être Société Lyonnaise pour l'Exploitation de Véhicules Électriques.
http://www.symogih.org/resource/CoAc8988

________________
Dans la rubrique nostalgie on peut évoquer aussi les drôles de petits camions semi-remorques de la société Lucas et Underberg, correspondant de la SNCF. Leur petit tracteur n'avait que trois roues, deux à l'arrière et une (ou deux roues jumelées ?) à l'avant. Et leur remorque était bien courte. Lucas et Underberg, après la guerre, avaient leur siège place Giffard-Langevin, bâtiment démoli aujourd'hui depuis peu (ancien bâtiment en briques avec porche qui servit plus tard pour un laboratoire photographique de tirages de photos), desservi par un embranchement SNCF particulier traversant la rue Fulton (par le portail qui existe encore aujourd'hui pas loin de la passerelle et le long d'un entrepôt SNCF en tôle ondulée qui a une très courte espérance de vie. [correction :] De l'autre côté de la rue Fulton un autre entrepôt en tôle ondulée — dans lequel se terminait l'embranchement particulier de la SNCF — a servi jusqu' l'an dernier pour un centre de contrôle technique automobile. Mais on voyait aussi leurs camions dans la cour de la gare aux marchandise (ex-SERNAM). On les voyait même partout à Angers.

C’étaient des tracteurs FAR, comme le rouge ci-dessous (pour le tracteur seulement), mais surtout comme l’ensemble avec remorque de la levure DAGBAR et la photo du FAR des chemins de fer :
http://passion-3-roues.centerblog.net/2 ... rtie-1?ii=

La 1re photo :
http://histobus.free.fr/RATP/BP/forum.a ... utobus.htm

http://www.leboncoin.fr/utilitaires/648329685.htm

http://images-02.delcampe-static.net/im ... 01.jpg?v=2

Je me demande, mais ce n’est qu’une supposition, si les remorques pouvait être transportées sur des wagons.
Dernière édition par Terminus le 19 Mai 2014 3:45, édité 2 fois.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1762
Inscription: 02 Mar 2007 16:51

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Fredorail » 18 Mai 2014 20:25

[quote="BBreteau"]Bonjour
Deux cartes postales sur des Chaussons.
Une à la gare routière de Rennes je crois et l'autre à Saumur.
A bientôt.
Bernard


bigren aec la barrière bleue devant, j'ai d'abord cru voir un aérotrain :mrgreen: :mrgreen:
Frédorail

Comme moi, utilisez la médiathèque open sourcehttps://commons.wikimedia.org pour immortaliser vos photos.
Et pour vos voyages, pourquoi pas https://www.servas-france.org/accueil_/ ?
Avatar de l’utilisateur
Fredorail
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1058
Inscription: 30 Mai 2007 19:26

PrécédenteSuivante

Retourner vers ANGERS - Les transports de l'agglomération angevine

Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés: Bing [Bot], Google [Bot], PH12-180


Lineoz.net Tous Droits Réservés 2001-2008 :: Création & DeSiGn by ArNaUd OUDARD
Ce site est enregistré à la CNIL sous le numéro 1072137 conformément à l'article 16 de la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978

Sites partenaires : Grenoble Snotag | Nancy blogOstan | Angers SnoIrigo | Clermont Ferrand TransClermont | Valence SnoCtav | Marseille MarseilleTransports.com | Dijon SnoDivia