[Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

A pied, à cheval ou à vélo..le Forum du Code de la Rue, des pédibus ou des vélos..

Modérateurs: Dorfmeister, Terroir, kyah117, jerome, Tchouks

Règles du forum
Avant de poster un message, merci de lire la charte d'utilisation des forums. Vous pouvez aussi consulter les mentions légales de Lineoz.net.

En cas de problème sur un sujet, merci d'alerter l'équipe de modération en cliquant sur le point d'exclamation du message souhaité.

[Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Didier 74 » 23 Avr 2013 19:28

Modération

De nombreuses anciennes voies ferrées ont été ou seront prochainement transformées en voies vertes. Regroupons ici toutes les infos relatives à ces projets.


Lannemezan - Arreau

La Dépêche du Midi, 13 avril
Lannemezan. Une autre voie pour la Coulée verte

L'UL CGT de Lannemezan met en avant le train comme moyen de développement de l'ancienne liaison ferroviaire Lannemezan-Arreau.

L'Union locale CGT de Lannemezan appelle les élus à reconsidérer leur projet de mettre en place une voie pédestre et cyclable en lieu et place de la voie ferrée désaffectée Lannemezan-Arreau. Les syndicalistes demandent plutôt la réouverture de la ligne SNCF.

«Le développement industriel de Lannemezan et du Plateau doit être conforté avec les vallées d'Aure et du Louron. Nous pensons particulièrement à l'usine de Beyrède-Jumet. Une liaison par train aurait la double signification de rompre avec le tout routier, de permettre aux populations de pouvoir sortir de la vallée, mais aussi de proposer depuis Toulouse les stations de ski à moins de 2 heures», explique Pascal Lachaud, membre du bureau de l'UL CGT de Lannemezan.

«Les besoins sont énormes en unités industrielles dépendantes de la filière bois (isolation, chauffage). L'avenir se situe aussi dans la valorisation du pastoralisme, mais également dans les filières à énergies renouvelables, ce qui suppose des créations d'entreprises à Lannemezan et dans les vallées avec la desserte ferroviaire existante», ajoute Pascal Lachaud qui précise que : «L'UL CGT de Lannemezan ne s'oppose pas à l'initiative des élus, mais demande une convergence d'intérêt dans le développement des vallées d'Aure et du Louron».

L'UL CGT de Lannemezan aimerait que cette alternative soit prise en compte dans les débats d'orientations sur l'avenir du département.

repères

Le chiffre : 1966
Date de fin de circulation > Des trains à voyageurs. Entre Lannemezan et Arreau.

La réponse de Jean-Louis Anglade
Jean-Louis Anglade, le conseiller général d'Arreau, favorable à la Coulée verte pédestre et cyclable, considère que «la remise en circulation des trains voyageurs et marchandises entre Lannemezan et Arreau n'est pas viable. D'abord, en raison du coût de l'entretien de la voie. Ensuite, les bus mis à disposition par la SNCF sur cette ligne sont très peu utilisés. Autre point : le coût de la ligne de bus Tarbes-Saint-Lary est de 210.000€ pour une recette de moins de 3.000€. Enfin, le vélo pour les familles a toute sa place sur la Coulée verte. La RD929 étant très dangereuse pour les cyclistes».
Source http://www.ladepeche.fr/article/2013/04 ... verte.html


Cahors - Capdenac

15 avril
Ligne Cahors-Capdenac : ruban vert contre chemin de fer

La ligne Cahors-Capdenac fermée depuis 1980 a-t-elle une chance de rouvrir un jour ? La CGT y croit et manifestera ce matin à Cahors devant le conseil général du Lot, qui lui est favorable à la création d'une voie verte sur les 70 kilomètres du tracé.

Dans le département du Lot où les batailles du rail peuvent durer des années, comme celle des usagers réclamant le rétablissement des arrêts en gare de Souillac et Gourdon, le devenir de la ligne Cahors-Capdenac est devenu un nouvel enjeu. La CGT et l'Association de défense de la gare d'Assier et de promotion du rail militent pour la réouverture de la ligne de chemin de fer, tandis que le conseil général du Lot et plusieurs communautés de communes poussent pour la reconversion du tracé en voie verte. Les tenants du rail feront le siège ce matin du conseil général, à Cahors, pour réclamer un débat public.

La dé-classification de la ligne ferroviaire, en juillet 2011, par Réseau ferré de France a lancé le temps des études. Chaque partie a fait appel à des cabinets spécialisés, leurs conclusions n'ont pas été encore rendues publiques. Les éléments penchant pour l'une ou l'autre solution sont distillés. Christophe Schimmel, le président de l'association de défense de la gare d'Assier, s'appuyant sur le travail du cabinet «Transversale», assure que la combinaison du transport d'usagers, de fret et du train touristique «permettrait à la ligne Cahors-Capdenac de ne pas perdre d'argent.» La faible déclivité du tracé aurait, selon lui, l'avantage de faire passer des trains de 1800 t, alors que sur le réseau voisin Rodez-Brive, les convois ne dépassent pas 1100 t et doivent être tirés par deux locomotives. Un transport de fret qui économiserait les petites routes du Lot, sillonnées en moyenne selon l'étude par 21600 camions. «Notre étude table sur 2000 voyageurs par jour entre les salariés et les scolaires. La remise en état de la voie demanderait deux ans et demi. Le coût atteindrait environ 30M€ pour rouvrir la ligne avec des trains roulant à 50 km/h de moyenne, et 70M€ pour des trains circulant à 70 km/h.»

Serge Munté, conseiller général et président de l'Agence Lot tourisme, s'étonne : «C'est au moment où on a commencé à parler de voie verte que l'idée d'une réouverture de la ligne est arrivée, alors que depuis 33 ans, il n'y a plus un seul voyageur. Si RFF a décidé de céder la ligne, c'est bien parce qu'il n'y avait aucune opportunité de reprise.»

Sur ce sillon remontant la vallée du Lot, depuis les vignes du cahors, en passant sous les falaises de Saint-Cirq-Lapopie, les élus verraient bien se dessiner une voie verte sécurisée pour les piétons et les cyclistes, avec plusieurs variantes possibles selon le revêtement ou l'éclairage des tunnels. Pas de chiffrage officiel avancé. Les opposants estiment l'option entre 20 et 25€. «Pour l'image du département, ce serait un atout aussi emblématique que la navigation.» Serge Munté rappelle au passage les 3300 emplois du tourisme lotois.

Les dates clés
14 juillet 1886, la ligne est inaugurée après deux ans de travaux ; 1980, fermeture de la ligne Cahors-Capdenac pour le transport des passagers ; 1986, arrêt du transport de marchandises ; 1993, les débuts du petit train touristique ; 2003, le dernier voyage du Quercyrail ; 2011, déclassification de la ligne par RFF.
Source http://www.ladepeche.fr/article/2013/04 ... e-fer.html
Didier 74
 

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Didier 74 » 11 Aoû 2013 15:41

A Pont-sous-Gallardon, la voie ferrée est désormais utilisée pour la circulation de vélos-rail http://www.lechorepublicain.fr/eure-et- ... 54544.html
Didier 74
 

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Didier 74 » 12 Aoû 2013 14:43

A Créon, la transformation de la voie ferrée en piste cyclable aurait dopé la fréquentation touristique. Voir Sud Ouest des 15 juillet http://www.sudouest.fr/2013/07/15/autor ... 2-2780.php et 12 août http://www.sudouest.fr/2013/08/12/le-pa ... 4-2849.php
Didier 74
 

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Didier 74 » 08 Sep 2013 12:58

Boué - Busigny

La communauté de communes souhaiterait acquérir 14 km de voie ferrée pour en faire une voie verte. Lire http://www.aisnenouvelle.fr/article/aut ... le-du-rail

Marmande - Casteljaloux

La voie ferrée inutilisée est en passe d'être transformée en voie verte. Lire Sud Ouest du 7 septembre http://www.sudouest.fr/2013/08/15/un-pr ... 6-3651.php
Didier 74
 

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar engine-54 » 23 Nov 2013 20:22

Je me souviens encore d'un de ces élus d'une commune bordant le lac d'Annecy, jadis desservie par la ligne Albertville-Annecy, se réjouissant d'avoir créé une voie verte sur l'infrastructure ferroviaire. Puis être désespéré de ne pouvoir, ni agrandir la nationale longeant le lac, ni prévoir un quelconque site propre de transports en commun afin d'absorber et être indépendant des flux de travailleurs-automobilistes-yoyo et vacanciers. Cherchez l'erreur...

Vaut-il alors:

> préserver l'emprise d'une voie ferrée momentanément inutilisée ou non-rentable (ou je ne sais quoi! momentanément ne voulant pas dire définitivement, nul ne sait de quoi demain sera fait!) : dans ce cas personne n'ira construire quoi que ce soit dessus, et ce sera déjà ça où on pourra rouler ou faire mumuse.

> prévoir des voies vertes de façon très intensive afin d'offrir des voies sécurisées et rapides à TOUS les usagés cyclistes, mais aussi rollers, skate, patinettes, fauteuils, enfants, vieux...partout sauf sur les emprises ferroviaires ou de façon très marginale, en partant sur le principe que train et vélo sont redoutablement complémentaires, et que l'argent dépensé pour un rond-point correspond à X km de voie verte, qu'1% du macadam utilisé dans l'enrobé d'une route pourrait...

D'ici là, de nombreux cierges pour l'ami saint Christophe auront encore brûlés...
actuellement sur la 32 et au chaud à Sassenage...
Avatar de l’utilisateur
engine-54
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 646
Inscription: 31 Oct 2004 21:11
Localisation: grenoble

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Didier 74 » 23 Nov 2013 20:31

engine-54 a écrit:Je me souviens encore d'un de ces élus d'une commune bordant le lac d'Annecy, jadis desservie par la ligne Albertville-Annecy, se réjouissant d'avoir créé une voie verte sur l'infrastructure ferroviaire. Puis être désespéré de ne pouvoir, ni agrandir la nationale longeant le lac, ni prévoir un quelconque site propre de transports en commun afin d'absorber et être indépendant des flux de travailleurs-automobilistes-yoyo et vacanciers. Cherchez l'erreur...

Réponse dans le SCOT du bassin d'Annecy (actuellement soumis à enquête publique jusqu'au 20.12) : la construction d'un tunnel routier sous le Semnoz et un voie en site propre sur la D1508 !
Didier 74
 

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar engine-54 » 23 Nov 2013 20:50

La partie ferrée entre la gare d'annecy et Doussard est-elle encore utilisable, c-à-d pourrait-on un jour faire passer des trains, des tram-trains ou autre matériel ferroviaire par le tracé ancien, je pense qu'il devait y avoir une série de tunnels, sont-ils bouchés... la bifurcation à la sortie de la gare est visible et encore ferrée (de même à la sortie d'Albertville vers l'aciérie d'Ugine).

J'ai des doutes quant à la solution routière face à un problème routier, j'espère également que la voie verte sur la départementale sera totalement indépendante de la voirie... à voir.
actuellement sur la 32 et au chaud à Sassenage...
Avatar de l’utilisateur
engine-54
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 646
Inscription: 31 Oct 2004 21:11
Localisation: grenoble

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Didier 74 » 23 Nov 2013 21:14

engine-54 a écrit:La partie ferrée entre la gare d'annecy et Doussard est-elle encore utilisable, c-à-d pourrait-on un jour faire passer des trains, des tram-trains ou autre matériel ferroviaire par le tracé ancien, je pense qu'il devait y avoir une série de tunnels, sont-ils bouchés... la bifurcation à la sortie de la gare est visible et encore ferrée (de même à la sortie d'Albertville vers l'aciérie d'Ugine).

J'ai des doutes quant à la solution routière face à un problème routier, j'espère également que la voie verte sur la départementale sera totalement indépendante de la voirie... à voir.

Pour le dernier point, la largeur de la RD1508 ne permet pas la mise en place d'une voie TC sur l'ensemble du tracé entre Annecy et Saint-Jorioz. Il ne s'agit pas d'une voie verte. La voie verte existe déjà, c'est la voie ferrée reconvertie en voie verte.

La voie verte entre Annecy et Doussard reprend en quasi intégralité la voie ferrée. La voie ferrée subsiste à la sortie de la gare d'Annecy vers Vovray sur environ 1km. Elle n'est plus utilisée pour le fret depuis au moins 3 ans.

Le tunnel de la Puya sert pour l'affinage de fromages. Dans le cadre du projet de TCSP sur la D1508, il est envisagé de faire passer les cars dans le tunnel.

Il reste encore un trafic fret actif entre Ugine et Albertville.

Une concertation sur le projet de TCSP sur la D1508 doit s'ouvrir lundi 25 novembre. A ce jour, le porteur du projet - le CG74 - n'a pas mis le moindre document en ligne sur ce sujet.

Le CG74 a déposé un dossier pour ce projet dans le cadre du 3ème appel à projet TCSP du Grenelle.
Didier 74
 

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar engine-54 » 24 Nov 2013 19:01

Didier 74 a écrit: Le tunnel de la Puya sert pour l'affinage de fromages.


miam, des petites tomes affinées à l'escarbille :lol:
actuellement sur la 32 et au chaud à Sassenage...
Avatar de l’utilisateur
engine-54
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 646
Inscription: 31 Oct 2004 21:11
Localisation: grenoble

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar engine-54 » 24 Nov 2013 19:08

Didier 74 a écrit: Dans le cadre du projet de TCSP sur la D1508, il est envisagé de faire passer les cars dans le tunnel.

Il reste encore un trafic fret actif entre Ugine et Albertville.

Une concertation sur le projet de TCSP sur la D1508 doit s'ouvrir lundi 25 novembre. A ce jour, le porteur du projet - le CG74 - n'a pas mis le moindre document en ligne sur ce sujet.

Le CG74 a déposé un dossier pour ce projet dans le cadre du 3ème appel à projet TCSP du Grenelle.


A défaut d'une solution ferrée, ça peut être une excellente alternative. J'ai fait pas mal de navettes entre Sévrier et Albertville cet été; aux abords du lac c'est l'horreur et la circulation s'étend finalement de façon assez dense jusqu'à Albertville. C'est pour cela que c'est irréfléchi de supprimer un axe ferroviaire, au mieux la voie verte préserve l'emprise. Un tram-train serait-il trop cher dans la région du lac?
actuellement sur la 32 et au chaud à Sassenage...
Avatar de l’utilisateur
engine-54
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 646
Inscription: 31 Oct 2004 21:11
Localisation: grenoble

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Tchouks » 22 Fév 2015 17:28

Bonsoir,

La tendance à convertir les anciennes plateformes ferroviaires en voies vertes ne se dément.
En Seine-Maritime, l'expansion va "bon train" en ce moment.

Dieppe - Fécamp

La voie verte, indûment dénommée "Véloroute du Lin" alors que c'est une voie verte en site propre, relie actuellement la plage de Pourville-sur-Mer (commune de Hautot-sur-Mer) à l'ancienne gare de Saint-Pierre-le-Viger-Fontaine-le-Dun (tout ça !).
Elle comporte trois parties.
- La première partie (4 km), en service depuis le printemps 2014, est une piste cyclable traditionnelle, le plus souvent en accotement de la départementale qu'elle longe. Elle relie le parking de la plage au Carrefour de Petit-Appeville (commune de Saint-Aubin-sur-Scie), où se trouvait jadis la bifurcation entre la ligne Dieppe - Malaunay (celle tjrs en service) et la ligne Dieppe - Fécamp.
- La deuxième partie est la plus "ancienne" (8 km). Elle relie l'ex bifurcation de Petit-Appeville à la gare d'Offranville, intégralement sur la plateforme. Elle continuait même sur 1 km environ au-delà de la gare... s'interrompant en plein champ sans aucun chemin pour bifurquer :!: Le demi-tour était obligatoire jusqu'à ce que le prolongement ci-dessous soit créé. L'ex-BV d'Offranville a été rénové et est très joli. Comme le reste du village d'ailleurs, connu pour son if millénaire et le clocher torsque lévogyre de son église (il n'y en a que 7 en France).
- La troisième partie, longue de 15 km, vient d'être inaugurée. Elle relie donc le champ après Offranville à la gare de Saint-Pierre-le-Viger. Le BV est là aussi très sympathique, mais c'est une habitation privée. La voie verte emprunte également le tracé de l'ancienne voie ferrée, sauf au niveau de l'ex gare de Gueures (à l'abandon), où un détour de 300 m est nécessaire pour contourner la halle marchandise, elle aussi bien défraîchie. Je n'ai pas bien compris la raison de ce détour. Le site propre est néanmoins préservé.

Au final, voici donc un itinéraire protégé, de très bonne qualité (revêtement enrobé) et avec des dénivellations limitées, propres aux tracés ferroviaires. La première partie, dans la vallée de la Scie, est quasiment plate.
Elle double avantageusement la Véloroute du littoral, plus ancienne, qui relie sur des routes à faible circulation Le Tréport au Havre (donc tout le littoral seinomarin) mais est réservée aux cyclistes les plus endurants car extremêment bosselée : on monte et descend à chaque valleuse...
Les prestations sont de bonnes qualité, avec plusieurs aires pique-nique aménagées le long du tracé, et même - c'est la première fois que je le vois - une station de gonflage grâcieusement à disposition en gare de Saint-Pierre-le-Viger.

Le Conseil Général annonce un prolongement ultérieur jusqu'à Fécamp, mais sans préciser de date.
A voir comment sera traité le court tronc commun de la ligne Dieppe - Fécamp avec celle de Motteville à Saint-Valéry-en-Caux, toujours (faiblement) active, et nécessaire à la desserte de la centrale nucléaire de Paluel.


Voilà pour cette présentation rapide suite à répérage en voiture ce jour dans le secteur (référence plus ancienne pour Offranville - Pourville, que j'ai par contre parcourue en vélo).

Il existe deux autres voies vertes sur anciennes emprises ferroviaires en Seine-Maritime. Si ça vous intéresse, je peux développer ultérieurement.
Nous pouvons aussi parler du reste de la France, il commence à y avoir du choix !

Jérôme
Tchouks
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1290
Inscription: 15 Juin 2011 17:55
Localisation: Rouen

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar gavatx76 » 22 Fév 2015 21:06

La promenade dans la vallée de la Saâne :aime: , du littoral vers l'intérieur est très sympathique, avec ou sans véloroute d'ailleurs. Le bar au bord de l'ancienne VF près des reliques d'un PN est-il encore ouvert ?
gavatx76
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 604
Inscription: 23 Oct 2012 15:50
Localisation: Catalunya

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Tchouks » 23 Fév 2015 18:58

Bonsoir,

Effectivement, je me suis dit que la partie entre Ouville-la-Rivière et Gueures devait être plus sympa que le reste. Et je n'ai pas bien vu l'environnement entre Saint-Pierre-le-Viger et Lucenay. Le reste est plutôt du plateau presque en plein vent, où seules quelques haies limitent la casse...
Aucune idée pour le bar : à quel endroit ?

Jérôme
Tchouks
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1290
Inscription: 15 Juin 2011 17:55
Localisation: Rouen

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar gavatx76 » 23 Fév 2015 20:58

On fait dans le superlocal, là, mais je me souviens d'un petit bar, celui de la gare d'Ouville peut-être, perdu dans la campagne, au croisement de la route et de la voie ferrée, une halte fort amène quand on se promène à vélo...Image
gavatx76
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 604
Inscription: 23 Oct 2012 15:50
Localisation: Catalunya

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Tchouks » 19 Mai 2015 20:14

Bonsoir,

J'ai poursuivi hier mon tour des voies ferrées normandes devenues voies vertes, avec Gisors - Gasny.

Cette voie verte est plus ancienne que les équipements similaires en Seine-Maritime, et est établie sur la plateforme de l'ancienne ligne Gisors - Pacy-sur-Eure, qui croisait la radiale Paris - Le Havre à Vernon.
Et disons le franchement, le tracé ne m'a pas emballé. J'ai fait le parcours de Vernon à Gisors.

Au départ de la gare de Vernon, il y a plus ou moins un itinéraire cyclable prévu pour rejoindre Giverny. Ce balisage est récent (la région en fait largement la promotion en ce moment) mais imparfait. Entre la sortie de Vernonnet (quartier rive droite de Vernon) et l'entrée dans Giverny, des courtes dalles en béton préfabriqué ont été posées sur la plateforme de l'ancienne ligne pour servir de cheminement partagé piétons/vélos. Pour le reste, on fait comme on peut... surtout en sortant de la gare de Vernon où les panneaux (piétons) envoient vers une rue en sens interdit. Peut mieux faire.

A l'entrée de Giverny, la plateforme ferroviaire a disparu, réutilisée par la D 5 qui évite le village. Après le village (gare de Giverny-Limetz), la plateforme est devenu une petite route de campagne sur quelques centaines de mètres, puis se perd dans un champ. Après une courte portion obligatoire sur la "grande route", on peut passer dans les lotissements de Sainte-Geneviève-les-Gasny, mais il faut se fier à son seul sens de l'orientation.
Idem pour la traversée du centre de Gasny, où globalement la plateforme a été aliénée à pas mal d'endroits.

J'ai dû recourir aux informations d'une habitante pour trouver l'entrée de la voie verte, qui n'est présignalisée de nulle part. Il y a juste un panneau sur place.
A partir de là 27 km de voie verte avec une bon revêtement lisse, efficace en vélo et accessible en roller. A noter que les cavaliers sont interdits.

Après 200 ou 300 m sur la plateforme ferroviaire, angle droit serré à droite, on contourne un champ avec un tracé tortueux qui n'autorise guère plus de 20 km/h. La faute à un site industriel qui s'est étendu sur et au-delà de l'ancienne plateforme.
On rejoint alors une petite route, aucun panneau pour indiquer la suite, puis on retrouve la plateforme et la voie verte. C'est néanmoins la seule interruption sur 27 km.
La voie verte suit ensuite strictement le tracé de l'ancienne ligne le long de l'Epte, le plus souvent en rive droite (Eure) mais avec quatre franchissements, les deux premiers donnant un court passage dans le Val d'Oise et le second un passage un peu plus long dans l'Oise.
A partir de Bray et Lû, on rejoint un des deux itinéraires de l'avenue verte Paris - Londres : c'est l'itinéraire sud dit de Giverny (qui n'y passe pas...). Pour la petite histoire, l'itinéraire nord passe par Chantilly, les deux ne se rejoignant qu'à l'arrivée en Seine Maritime.
Le balisage de l'Avenue Verte, fait de panneaux jaunes, est superposé à celui de la voie verte Gisors - Gasny, aux couleurs du département de l'Eure.

Rien de particulier le long du parcours, un balade très champêtre et fort peu de traces ferroviaires : seuls les ex-BV tous reconvertis en maison font le lien avec l'usage originel.
Toutefois à Dangu, il reste le quai marchandises et, surprise, sur la gauche juste avant la pont sur l'Epte, sous un chemin longeant la rivière et accueillant une table de pique-nique couverte (!), quelques dizaines de mètres de rail enfouis dans la végétation. Avec des arbres de 30 m qui ont poussé au milieu. Probablement une ancienne voie de débord ou un embranchement...

Peu avant l'arrivée dans la zone industriel de Gisors, un grand parking. 300 ou 400 m plus loin, la fin de la voie verte avec un laconique panneau annonçant la fin de l'itinéraire, et l'arrivée sur une petite route de campagne qui aboutit très vite sur un rond-point de la rocade de Gisors.
La plateforme continue dans la végétation, tout d'abord avec un nouveau franchissement de l'Epte sur lequel les rails sont encore en place.
Pour le cycliste, les panneaux de l'Avenue Verte conduisent à la place du château de Gisors (mais sans le dire) puis emmènent vers le nord, toujours en rive droite de l'Epte.
Si vous cherchez la gare de Gisors... débrouillez-vous.

Au final, c'est calme, globalement en bon état mais avec une signalisation qui est en-deçà des standards actuels des voies vertes et des extrémités totalement négligées.
Si vous êtes dans le coin, c'est bien plus sympathique et moins dangereux que la route départementale ; sinon, vous pouvez passer votre chemin et aller visiter d'autres voies vertes. Comme Evreux - Le Bec Hellouin ou Bernay - Broglie qu'il me reste à parcourir dans le même département...

Jérôme
Tchouks
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1290
Inscription: 15 Juin 2011 17:55
Localisation: Rouen

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar tram21 » 02 Juin 2015 7:57

on peut rajouter dans la liste :

- Labouheyre - Mimizan-Plage (ex VFL)
- Ychoux - Parentis - Biscarosse (ex VFL)

et beaucoup de lignes de l'ancien réseau des Chemins de Fer Économiques de la Gironde
vive le tramway !

avatar : motrice 30 TED, archives de l'AMTUIR
Avatar de l’utilisateur
tram21
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 2654
Inscription: 30 Oct 2007 10:38
Localisation: 21240 Talant

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Stifff38 » 07 Juil 2015 15:41

On n'a pas encore évoqué l'ancienne voie ferrée Paris-Chartres par Gallardon : démontée en 1939, son parcours s'intègrerait idéalement à la véloroute Paris-Mont-St-Michel, mais pour l'instant, seuls 3 tronçons ont été convertis en voie verte - avec un certain manque de continuité et de coordination :
- la Coulée Verte, première du nom, entre Paris (ou Châtillon) et Massy-verrières, depuis le début des années 90 : piste cyclable avec enrobé sur la plupart du tracé, graviers et/ou cohabitation avec les piétons à certains endroits
- la Coulée Verte de l'Yvette, entre les Ulis et Gometz-le-Châtel, depuis 2010 à peu près : piste VTT (passant par le magnifique viaduc des Fauvettes)
- la Voie Verte du Pays de Limours, entre Gometz-la-Ville et Limours, depuis 2013 et en cours de prolongement vers le sud : piste cyclable (longeant en grande partie le rail de béton qui a servi aux tests de l'aérotrain dans les années 70)

Entre Massy et les Ulis, la voie est utilisée par une voie rapide (D188), le long de laquelle il serait éventuellement possible d'ajouter une piste cyclable ; en attendant les cyclistes peuvent passer par l'axe Bures-Palaiseau et ses (piètres) aménagements cyclables, et se perdre dans le sac de nœuds de Massy.
Entre Gometz-le-Châtel et Gometz-la-Ville, la voie a sauté pour faire une déviation en tunnel ; il existe une piste cyclable qui la longe, mais elle est littéralement planquée (aucun raccordement/fléchage).

En résumé : au moins ça avance, lentement mais sûrement ; mais il y a une telle marge d'amélioration, notamment au niveau du fléchage, qu'on est pas sortis de l'auberge.
"La voiture intelligente roulera sans conducteur. Le conducteur intelligent roulera sans voiture..." (Philippe Geluck)
Avatar de l’utilisateur
Stifff38
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1636
Inscription: 16 Juin 2009 12:52
Localisation: Paris / Grenoble

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Tchouks » 30 Aoû 2015 13:14

Bonjour,

Nouvelle étape ce début de semaine sur une voie ferrée devenu voie verte... même si je suis tombé dessus par hasard. Laquelle étape ne manque pas d'intérêt : je parle de la voie verte "Via Fluvia", devant à terme (2020) relier le Rhône (et sa "Via Rhôna") et la Loire, soit 120 km, et qui sur sa partie centrale est la plus haute voie verte de France.

Il y a plein de littérature sur le web, je retiendrai ce lien pour éviter une longue présentation qui ne serait que paraphrase : http://www.cc-paysdemontfaucon.fr/commu ... -du-projet

J'ai vu deux des trois sections en service : Riotord - Dunières (avec deux magnifiques viaducs en maçonnerie), et Raucoules - Granzac. Enrobé lisse, peu d'obstacles, parfait pour le vélo ou le roller (peut-être moins à pied)...
Si les deux aménagements sont identiques, l'origine du tracé ne l'est pas :
- Entre Riotord et Dunières, la voie verte emprunte le tracé de l'ancienne ligne à voie normale reliant Firminy (42) à Saint-Rambert-d'Albon (26), via Dunières (43), le tunnel du Tracol, Bourg-Argental (42) et Annonay (07). A noter qu'au départ de Dunières vers Firminy, la voie est toujours en place et sert à un vélorail. Il s'agit de la section qui a servi jusqu'en 2002 pour le Fret.
- Entre Raucoules et Granzac, et même au-delà jusqu'à Lavoûte-sur-Loir c'est le tracé de l'ancienne ligne à voie métrique qui est exploité. La traversée de la zone de gare de Raucoules est déjà opérationnelle, en utilisant la partie de la plateforme la plus éloignée du BV.

Entre Riotord (en fait, la tête ouest du tunnel du Tracol) et le Rhône, rien n'est fait pour le moment. Et j'ai bien l'impression que le tracé sera plutôt de type véloroute entre Annonay et la Rhône : la plateforme ferroviaire a-t-elle été aliénée ?

Mais c'est la partie à venir Dunières - Raucoules qui a le plus attiré mon attention... car les chemins de fer du Velay y circulaient encore il y a peu :(
En fait, les élus ont négocié la récupération de la plateforme sur ce tronçon, contre la réhabilitation de la gare de Raucoules (quasiment en ruine) et la construction juste à côté d'un atelier pour l'entretien du matériel du train touristique.
Bilan :
- la dépose de la voie métrique est en cours entre Dunières et Montfaucon,
- le train touristique ne circule plus entre Raucoules et Montfaucon depuis mi-juillet,
- divers véhicules sont stationnés en pleine voie à l'entrée de la gare de Raucoules, probablement rapatriés de Montfaucon et en attente du nouveau bâtiment,
- la gare de Montfaucon, transformée en gîte mais avec des quais et des voies tout neufs, et un atelier rénové.... va être démantelée, de même que les carcasses d'autorail et de remorque qui s'y trouvent encore, certainement indéplaçables vu leur état. Il restera l'ambiance ferroviaire, mais avec un piste cyclable.
Budget des travaux en cours, selon les panneaux affichés sur place : 919 k€ pour la voie verte entre Dunières et Montfaucon + 376 k€ pour la gare et l'atelier de Raucoules.

Quand on sait l'énergie qu'il a fallu à quelques passionnés pour faire revivre ce train, l'avenir de la gare de Montfaucon fait un peu mal.
La dépose des voies entre Raucoules (gare exclue) et Montfaucon (gare incluse) n'aura pas lieu cette année : si vous voulez aller voir à quoi ça ressemble, il est encore temps...

Jérôme

PS : malheureusement, je n'ai compris ce qui se tramait à Montfaucon qu'en arrivant à Raucoules, donc je n'ai fait aucune photo à Montfaucon (et à part le château d'eau, il n'y a actuellement rien à photographier à Raucoules...)
Tchouks
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1290
Inscription: 15 Juin 2011 17:55
Localisation: Rouen

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar gavatx76 » 13 Fév 2016 8:23

gavatx76
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 604
Inscription: 23 Oct 2012 15:50
Localisation: Catalunya

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar fabp57 » 31 Mar 2016 17:43

Bonsoir,

Autour de Metz, différentes voies ferrées ont été transformées en voie verte:

- Metz - Conflans Jarny via Amanvillers entre Châtel Saint Germain et Amanvillers
- Metz - Château Salins entre Marly et Coin sur Seille, depuis peu de Coin sur Seille à Verny après rénovation d'un pont au dessus de la Seille et débroussaillage à l'économie (le ballast est toujours là entre Coin sur Seille et Verny rendant la voie verte difficilement praticable à vélo). La section Metz-Augny a un avenir incertain, elle avait le statut de VUTR jusqu'en 2005 et est inexploitée depuis mais laissée en l'état dans l'éventualité d'une reprise de la desserte ferroviaire d'une ZAC à Marly (encore faudrait-il finance un rénovation dans ce cas).

Un ancien chemin de fer près du port de Metz a été réaménagé en véloroute.

Fab
Avatar de l’utilisateur
fabp57
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 100
Inscription: 12 Sep 2011 16:27
Localisation: Marseille (2ème)

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Tchouks » 15 Oct 2016 16:36

Bonsoir,

Je continue mon tour de Normandie des anciennes voies ferrées transformées en voie verte. Aujourd'hui, j'ai fait un tour sur la ligne Barentin-Embranchement - Caudebec-en-Caux... enfin ce qu'il en reste.

Petit rappel historique pour commencer.
La ligne principale Paris - Le Havre dessert la vallée de l'Austreberthe par deux gares, actuellement desservies à la cadence horaire minimum (TER périurbains entre Elbeuf-Saint-Aubin et Yvetot) : Barentin-Embranchement et Pavilly Station. Il y a d'ailleurs dans les cartons de la région un projet de fusion des deux gares, distantes de seulement 1,7 km, et qui ont comme point commun d'être très difficiles d'accès. La nouvelle gare serait à mi-parcours, avec un grand parking et pouvant desservie par les transports urbains - ce qui n'est pas possible actuellement. Sauf que le projet avance peu. Ceci dit, je m'écarte du sujet.
A Barentin Embranchement, prenait naissance une ligne qui permettait de rejoindre la vallée de la Seine. Dès la sortie de la gare, elle plongeait dans la vallée, pour un court parcours jusqu'à la gare de Pavilly-Ville. Là, un rebroussement était nécessaire pour rejoindre le fond de vallée, passer sous le viaduc de la grande ligne, desservir Barentin-ville, puis suivre la vallée jusqu'à Duclair, pour ensuite descendre la vallée de la Seine jusqu'à Yainville, Le Trait et Caudebec-en-Caux.
La ligne a perdu ses derniers trains en 1990.

En 2014, la communauté d'agglomération Seine-Caux (dont les relations sont compliquées avec la Métropole Rouen Normandie voisine) a commencé la conversion de la ligne en voie verte.

Le tronçon de jonction entre Barentin-Embranchement (gare actuelle de Barentin sur la ligne Paris – Le Havre) et Pavilly-Ville est resté à l'abandon, les arbres ont poussé, on ne peut pas du tout passer, même à pied.
La voie verte commence au heurtoir de la gare de Pavilly-Ville, juste en contrebas de la gare active de Pavilly-Station. Les bâtiments à vocation ferroviaire ont tous disparu, la cour de la gare abritant la gendarmerie flambant neuve.
La particularité majeure de la voie verte est que les rails n'ont pas été déposés ! L'intervalle entre les rails a juste été comblé pour constituer une étroite bande de circulation en stabilisé : 1,4 m, c'est mal commode pour croiser, surtout que les rails affleurants sont un vrai piège pour les roues de vélo... Le pire, c'est que même les aiguillages sont restés, avec leurs contre-rails et leurs lames, qui constituent d'autres pièges à vélos. Par exception, des bordures en béton ont remplacé les rails au droit des anciens quais de Pavilly-Ville... en conservant la même largeur.
A la sortie de la gare, le parcours se poursuit en faux plat descendant. Après 1,6 km, première traversée de route, protégée par une chicane très courte obligeant quasiment à poser pied à terre, toujours à cause des rails. Les suivantes sont malheureusement identiques, il y a en 4 dans la traversée de Barentin.
On traverse ensuite une première fois l'Austreberthe, sur le pont d'origine. A 3,3 km du départ, on arrive à la gare de Barentin-ville, où tous les bâtiments et les quais ont là aussi disparu. On rejoint à cette endroit le "prolongement" de la voie verte qui a été réalisé cette année.
A 4,7 km, on passe sous le nouveau viaduc de l'A 150, mise en service en février 2015. On traverse ensuite une seconde fois l'Austreberthe, cette fois sur un pont partiellement reconstruit (sans rail). On atteint l'ancienne halte de Villers-Ecalles (5,7 km du départ). La dernière section montre que la voie, très dégradée, a été conservé telle quelle : distorsion (les deux rails ne sont pas partout à la même hauteur), glissement de terrain, les 600 derniers mètres sont très particuliers. En plein bois, tout s'arrête. Un court aménagement de 20 ou 30 m permet de rejoindre un chemin de terre qui semble carrossable... mais qui devient un chemin de randonnée circulable en vélo seulement si le sol n'est pas détrempé. C'est très moyen.
Il faut un gros kilomètre de ce régime pour rejoindre une route carrossable. 7,7 km du départ, on atteint par la voie publique l'ancienne gare du Paulu (commune de Saint-Paër). La suite se fait obligatoirement sur l'unique route de la vallée, assez circulante, sur un peu plus de 4 km jusqu'à Duclair, où on peut rejoindre la voie verte de la vallée de la Seine, achevée seulement sur certains tronçons.

L'arrêt idiot de l'aménagement en plein milieu de nulle part a une bête raison administrative : c'est la limite entre la commune de Villers-Ecalles (communauté d'agglo Seine-Caux) et de Saint-Paër (Métropole Rouen Normandie). Je n'ai vu nulle part l'intention de la Métropole d'assurer la continuité de l'itinéraire, et c'est bien dommage. Elle a ceci dit déjà fort à faire avec la voie verte de la Seine, dont le tronçon entre Saint-Pierre-de-Varengéville et Le Trait est toujours manquant.

Bref, la balade est courte, par désagréable en soit, mais il ne faut pas qu'il y ait foule, sinon ça devient incirculable. Personnellement, je ne suis pas super fan au final.
Pour l'accès, privilégier impérativement la gare de Pavilly-Station : celle de Barentin-Embranchement est vraiment mal commode, avec son étriqué parking de la gare qui donne uniquement sur une 2 x 2 voies... (souterrain piéton lugubre obligatoire en vélo).

Jérôme
Tchouks
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1290
Inscription: 15 Juin 2011 17:55
Localisation: Rouen

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar capelanbrest » 15 Oct 2016 19:17

Tchouks a écrit:Bonsoir,

Je continue mon tour de Normandie des anciennes voies ferrées transformées en voie verte. Aujourd'hui, j'ai fait un tour sur la ligne Barentin-Embranchement - Caudebec-en-Caux... enfin ce qu'il en reste.

Pour ceux qui veulent en savoir d'avantage sur cette ligne ....

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_de_ ... #bs-header
Avatar de l’utilisateur
capelanbrest
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1812
Inscription: 03 Juil 2011 12:29

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar Tchouks » 15 Juil 2018 18:36

Bonsoir,


Un autre lien concernant les travaux de cette véloroute (qui est en fait une voie verte) : https://www.tendanceouest.com/actualite ... ecamp.html

Les travaux sont terminés, dans les temps, la piste a été livrée courant juin, mais sans aucun publicité malheureusement, comme c'est souvent le cas en Normandie pour les nouvelles infrastructures de transport...
Je l'ai emprunté aujourd'hui, après avoir parcouru l'autre tronçon le WE dernier.

On a donc désormais deux sections de voie verte, une de Petit-Appeville (Hautot-sur-Seine) à l'ancienne gare de Saint-Pierre-le-Viger-Fontaine-le-Dun, et une autre de Saint-Vaast-Dieppedalle à Fécamp. Entre les deux, il faut emprunter une véloroute sur des routes cabossées mais à faible circulation car il reste des rails (néanmoins inutisables...). Côté Petit-Appeville, un cheminement sur trottoir ou accottement permet de rejoindre la plage de Pourville et la vélroute du littoral.

Le nouveau tronçon est dans le même esprit que la section est, très roulant, sans chicane aux traversées de route qui sont néanmoins (presque) toutes munies de STOP.
Les vestiges ferroviaires sont peu nombreux, hormis les BV et quelques maisons de PN toujours debout, et quelques pancartes S au droit des PN non gardés. Dans la ZI de Fécamp, il reste en plus des signaux de manoeuvre et quelques poteaux télégraphiques.

La voie verte commence au PN 82 dans Fécamp, avec un balisage permettant de traverser le centre ville pour faire la jonction avec la véloroute du littoral. Etonnamment, la voie ferrée a été maintenue en place entre la gare de Fécamp et le PN 82, alors qu'elle enfouie dans la végétation et plus connectée côté gare de Fécamp depuis la régénération de la ligne de Bréauté en 2016 (seule une voie à quai a été conservée, le reste des emprises en gare ayant été rendu à la nature).
Ensuite, elle remonte la vallée de la Valmont, passe l'ancienne gare de Fécamp-Saint-Ouen (dans la ZI). A l'arrivée dans Colleville, une déviation par le réseau communal a été rendue nécessaire par l'impossibilité réglementaire de passer à moins de 50 m d'un silo en activité (les joies des lois ceinture-bretelle...).
On retrouve la plateforme à la gare de Colleville-Sainte-Hélène, puis on continue vers Valmont. Là la rampe s'accentue, on grimpe pour passer de la vallée de la Valmont à celle de la Durdent. La bascule se fait sur la commune de Riville (pas de gare), au niveau du seul PN où les vélos sont prioritaires. La descente est aussi forte que la montée, gare d'Ouville en Caux, puis Grainville-la-Teinturière et Cany-Barville.

L'itinéraire n'est jamais plat, sauf entre Fécamp et Colleville, avec des pentes/rampes assez prononcées pour du ferroviaire quand même. Mais cette section est plus agréable que la section est, car ombragée, ce qui n'est pas le cas de la montée sur Offranville depuis Ouville-la-Rivière.

Allez y faire un tour, c'est sympa. Aujourd'hui, j'ai fait Yvetot - Grainville-la-Teinturière sur la route normale, puis la voie verte ; retour en TER : 42 km. Pour ceux qui roulent plus, ça marche de Dieppe à Fécamp (attention à la bosse entre Dieppe et Pourville, au départ), mais il y a 80 km.

Jérôme
Tchouks
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1290
Inscription: 15 Juin 2011 17:55
Localisation: Rouen

Re: [Voies vertes] Les anciennes voies ferrées devenues voies vertes

Messagepar gavatx76 » 15 Juil 2018 20:07

Hautot sur mer plutôt ;) .
gavatx76
Rang : Passéoz Hebdo
Rang : Passéoz Hebdo
 
Messages: 604
Inscription: 23 Oct 2012 15:50
Localisation: Catalunya


Retourner vers Forum Mobilité Alternative

Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés: Bing [Bot], Google [Bot], JackCraft33

cron

Lineoz.net Tous Droits Réservés 2001-2008 :: Création & DeSiGn by ArNaUd OUDARD
Ce site est enregistré à la CNIL sous le numéro 1072137 conformément à l'article 16 de la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978

Sites partenaires : Grenoble Snotag | Nancy blogOstan | Angers SnoIrigo | Clermont Ferrand TransClermont | Valence SnoCtav | Marseille MarseilleTransports.com | Dijon SnoDivia