Hommage aux bus et cars Chausson

COTRA, AnjouBus et TER Pays de la Loire :: www.snoirigo.net

Modérateurs: Latil 22, FLG

Règles du forum
Avant de poster un message, merci de lire la charte d'utilisation des forums. Vous pouvez aussi consulter les mentions légales de Lineoz.net. Ce forum dispose d'une charte spécifique, merci d'en prendre connaissance.

En cas de problème sur un sujet, merci d'alerter l'équipe de modération en cliquant sur le point d'exclamation du message souhaité.

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 13 Oct 2017 18:23

Je reviens sur les deux autocars Chausson carrossés en autobus genre SC4, celui de Vendée montré par Bernard BB et celui des Rapides de Lorraine dont Luckyrando 57 a montré des clichés.

En parlant de la vitre d'accostage sur le sujet du boulevard Foch d'Angers — aucun rapport entre ces deux notions mais je ne peux m'empêcher de digresser — je me suis rendu compte que ces deux véhicules ne sont pas équipés de cette vitre d'accostage dans l'angle avant droit, sous le pare-brise.

Il n'y en avait que sur les autobus et jamais sur les autocars. En urbain elle améliorait la visibilité du conducteur quand il s'approchait du trottoir pour se garer à un arrêt.

Toutefois je suppose cette absence pour le car vendéen car l'angle de la photo est un peu limite, mais je crois tout de même qu'elle apparaîtrait s'il y en avait une. Sur le car des Rapides de Lorraine, prise du bon côté, celui des portes, c'est évident.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 17 Oct 2017 20:02

Terminus a écrit:Je reviens sur les deux autocars Chausson carrossés en autobus genre SC4, celui de Vendée montré par Bernard BB et celui des Rapides de Lorraine dont Luckyrando 57 a montré des clichés.

En parlant de la vitre d'accostage sur le sujet du boulevard Foch d'Angers — aucun rapport entre ces deux notions mais je ne peux m'empêcher de digresser — je me suis rendu compte que ces deux véhicules ne sont pas équipés de cette vitre d'accostage dans l'angle avant droit, sous le pare-brise.

Il n'y en avait que sur les autobus et jamais sur les autocars. En urbain elle améliorait la visibilité du conducteur quand il s'approchait du trottoir pour se garer à un arrêt.

Toutefois je suppose cette absence pour le car vendéen car l'angle de la photo est un peu limite, mais je crois tout de même qu'elle apparaîtrait s'il y en avait une. Sur le car des Rapides de Lorraine, prise du bon côté, celui des portes, c'est évident.


En comparant avec d'autres photos on a bien du mal à discerner si oui ou non le car Chausson vendéen était muni d'une vitre d'accostage.

En revanche, les autobus Chausson d'Espagne, produits avec Pegaso, étaient dépourvus de cette vitre d'accostage. Et pourtant c'étaient bien des autobus et non pas des trolleybus ou des autocars. Autobus Chausson-Pegaso de Barcelone, de plusieurs modèles, apparemment tous sans vitre d’accostage :

Et en France voici quelques bus Chausson sans vitre d'accostage :

Et en brassant des photos on en trouve encore, dont :
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar BBreteau » 21 Oct 2017 17:49

Bonsoir
Concernant les récits très intéressants de Terminus sur les vitres d'accostage , je me souviens d'un retour de l'aérodrome d'Avrillé avec Ma Mère dans un autobus SC4 des Transports Démas.Cet autobus était en version de portes 402.A chaque arrêt, j'étais fasciné de voir le trottoir se rapprocher lentement avant chaque arrêt.Il est vrai que grâce à sa fenêtre d'accostage et les deux vitres en bas de la porte avant pliante à deux ventaux ; la visibilité était améliorée pour le conducteur.
Cette carte postale d'un autocar Chausson en Bretagne, je crois ,avec un avant de couleur verte.
Il y a eu un autocar Chausson de livrée similaire chez Démas.
Bon week-end tout le monde.
Bernard
Image
BBreteau
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 357
Inscription: 04 Mar 2013 16:03

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Maastricht » 21 Oct 2017 23:39

(Terminus, je t'ai envoyé un mp avec peut-être quelques réponses à tes questions)
Avatar de l’utilisateur
Maastricht
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1480
Inscription: 30 Mai 2005 20:38

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Latil 22 » 22 Oct 2017 16:57

Bonsoir

Même si elles de sont pas extraordinaires, il existe tout de même quelques documents photographiques sur les trams de Saint-Avold.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Aimera
Vive le tram à Angers...le vrai !

Mon avatar :
Avatar de l’utilisateur
Latil 22
Rang : Passéoz Annuel
Rang : Passéoz Annuel
 
Messages: 3383
Inscription: 07 Juil 2003 23:51
Localisation: Angers - Aldébaran

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Latil 22 » 22 Oct 2017 17:58

Pour revenir sur l'histoire du port et de l'embranchement ferroviaire, ces photos de la collection Brisset sont connues depuis longtemps, malheureusement je n'avais pu les mettre dans mon livre sur les gares d'Angers où je raconte l'histoire de l'embranchement. j'en avais mis une photo de presse montrant les grues d'assez près.
Par ailleurs, il existe quelque part sur la toile, une vue de l'avion sur le quai Félix Faure avec la grue bien visible en arrière plan.

Quelques vues des grues et trains sur le port

Quai Gambetta extraits de CPA et autres

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Ouest Eclair 27 10 1938
Image

Quai Félix Faure

Ouest Eclair 18 08 1935
Image

Ouest Eclair 19 08 1935
Image

Ouest Eclair 4 09 1935
Image

Ouest Eclair 29 12 1935
Image

Image

Image

Image

Le Petit Courrier 1 mars 1939
Image

Quai Ligny

Image

;)
Aimera
Vive le tram à Angers...le vrai !

Mon avatar :
Avatar de l’utilisateur
Latil 22
Rang : Passéoz Annuel
Rang : Passéoz Annuel
 
Messages: 3383
Inscription: 07 Juil 2003 23:51
Localisation: Angers - Aldébaran

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 23 Oct 2017 1:59

Au sujet des photos du port d'Angers, je n'aurai qu'un mot : « Punaise ! Que c'est beau ! »

Je peux même monter d'un cran : « Bonté divine ! Quelle magnifique camelote ! »

La charte du forum m'interdit d'en dire plus.

On a cette même impression quand, dans un grenier, on ouvre de vieilles boites jamais vues et qui contiennent des trésors.

Les non-angevins peuvent voir les choses avec plus de recul et d'indifférence, mais tout de même, là, Latil 22 a sorti sa machine à remonter le temps et elle roule bien.

____________

À Saint-Avold (un beau nom, agréable à prononcer, à lire et à écrire), les trams avaient une belle allure (le mot design n'existait pas à l'époque).

Ce matériel allemand était très bien conçu. C'était mieux que les productions de MM Grammont et Faye (*) qui ont roulé à Angers, au Mans, à Rennes, sur le Vals-Aubenas, à Perpignan (mais en plus court), etc. Mais on les aimait bien tout de même, nos trams, même s'ils avaient été conçus à l'économie, avec la très mauvaise idée des portes en angle qui plus tard ont été la cause, ici et là, de pitoyables vestibulages que les réseaux, peu compétents en la matière, bricolaient eux-mêmes. Il y eut même des monstres…

Il y avait d'autres beaux trams de construction allemande, à Metz, Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Thionville, Forbach et sur la ligne Novéant – Gorze.

____________

(*) Ennemond Faye : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ennemond_Faye
MM Grammont et Faye, qui ont fondé le réseau d'Angers, étaient lyonnais et je me suis souvent demandé si ce n'était pas la raison de la faute d'orthographe qui affectait la ligne « Lionnaise – Madeleine ». Par erreur et pendant des décennies il était toujours écrit « Lyonnaise » avec un « y », alors qu'en fait la place « Lionnaise » s'écrit avec un « i » puisqu'elle s'ouvre sur la route du Lion d'Angers, avec un « i », lui aussi. Aucun rapport, évidemment, avec la cité de la soie. Soit dit en passant : il n'y avait donc personne à la mairie et dans la presse pour faire rectifier ? L'erreur a dû être faite dès les dossiers de candidature, puis tout le monde a probablement recopié.

Je ne conteste en rien les mérites du docteur Bichon, mais l'ancien nom « place Lionnaise » avait une bien plus belle allure.

Dommage aussi d'avoir perdu la « place Saint-Serge », une grande allée portant aussi le nom de François Mitterrand cela suffisait, ainsi on aurait conservé un nom attaché à l'histoire d'Angers et au faubourg Saint-Serge. Misérable consolation, il ne reste que le nom « Carrefour Saint-Serge » qui désigne un hypermarché, sis dans un lieu qui a fini par présenter une certaine esthétique à coup de laideur massive.

Idem pour Pierre Mendès-France, très méritant, mais le nom de « place du Pélican » a disparu. On pouvait bien baptiser « rond-point Mendès-France » le carrefour devant l'entrée du jardin des Plantes et du Centre de congrès. On gardait ainsi le très beau nom de « Pélican », évoquant la « Butte du Pélican ». Ce volatile aurait-il désigné une ancienne auberge ?

Ici, le groupe Les Exploitations Électriques : https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Exploitations_%C3%89lectriques avec tous les réseaux-frères d'Angers. Je me suis toujours demandé si dans le nom « Transexel » le terminaison servait à évoquer « Les Exploitations Électriques ».
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar BBreteau » 23 Oct 2017 8:42

Bonjour
C'est magnifique tous ces documents sur Angers.Le commerce était plus important que je ne le pensais à cette époque.
On y voit notamment le hangar d'un constructeur de bateaux , je suppose ? je me souviens que ce hangar existait fin des années 60.
J'ai un vague souvenir d'un Renault 4211 garé à coté de ce hangar ainsi que des Berliet.Cette photo que Latil avait posté sur ce forum et qui permet de voir à gauche le quai Félix Faure avec une brochette de véhicules Démas et des autobus de la ville ,garés dans tous les sens.On devine au premier plan à gauche sur le quai Gambetta un minibus Heuliez , comme il y en avait sur le réseau de Cholet , des Berliet et Saviem SC10 .Ce document est recadré et flou ,désolé mais je n'ai plus l'original.On dirait que ce quai a été réaménagé en parking et le hangar à bateaux a du être démoli.Je n'ai aucun souvenir du réaménagement de ce quai.On voit aussi des bateaux-lavoir comme à Laval.Latil , on dirait que certaines photos datent des années 60 ? celles où on voit des palissades en bois et les personnes en photo sur le cliché du dessous.
Quant aux photos des tramways de St Avold , je trouve que ce matériel était élégant à regarder
Image
Un Chausson de Nantes devant les PTT de l'époque.Est-ce la Place Viarme ?
Image
Merci beaucoup à Tous les Passionnés pour leurs commentaires et documents.
A bientôt.
Bernard
BBreteau
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 357
Inscription: 04 Mar 2013 16:03

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Latil 22 » 23 Oct 2017 11:15

Salut les gars

Les hangars n'étaient pas au départ ceux d'un constructeur de bateaux, il y en avait deux, l'un avait été construit avant 1917 par la Chambre de commerce et d'industrie qui gérait le port.
Les travaux de raccordement à la gare Saint-Serge ont lieu en 1921 ainsi que l'édification du "quai insubmersible" à savoir la partie exhaussée en avant du premier hangar. La presse fait état à l'époque de l'utilisation de celui-ci par des industriels qui n'ont pas demandé l'autorisation à la CDC, laquelle souhaite mettre en place un tarif. On parle également de l'édification d'un second hangar, édification que la CDC remet finalement à plus tard. Toujours en 1921 arrive la première grue électrique sur rails.
En 1926, la grue qui sert peu est à vendre. A priori elle est déplacée quai Félix Faure. Deux autres vont la remplacer plus tard.
En 1936, l'enseigne peinte sur la façade du hangar sud indiquait "Société d'approvisionnement des entrepreneurs".
Sur les photos Brisset datées de 1968, il sont toujours en place. Je pense qu'ils ont dut être démolis vers le début des années 1970, en tout cas avant 1976 où il ne sont plus sur les photos.
Sur les photo de Terminus de 1969, le hangar sud montre en effet l'enseigne "bateau, pêche de plaisance, moteurs". L'enseigne de 1936 est en partie effacés, sans doute doute n'y a t-il rien eu entre les deux. Quant au hangar nord ? Peut être toujours chambre de commerce pour du matériel d'entretien, balisage, etc. ?
Pour la petite histoire, le quai Gambetta était déjà équipé d'une grue sur rail avant la Grande Guerre, travaillant au pied du pont de la Haute Chaine et régulièrement sous les eaux. Elle est toujours en service en 1939.

Deux autres vues, la première extrait d'une photo d'amateur sur laquelle on voit un wagon, la seconde extraite d'une carte postale où l'on voir l'arrière d'un R 4200.

Image

Image

Pour en revenir au sujet de ce fil, je suis allé au salon de la maquette de Montreuil-juigné samedi et j'ai pu y admirer une superbe maquette de Chausson ANG (les spécialistes me le confirmeront : Bernard ?) à l'échelle a priori à l'échelle 1/10e. Je n'avais pas mon appareil photo.

;)
Aimera
Vive le tram à Angers...le vrai !

Mon avatar :
Avatar de l’utilisateur
Latil 22
Rang : Passéoz Annuel
Rang : Passéoz Annuel
 
Messages: 3383
Inscription: 07 Juil 2003 23:51
Localisation: Angers - Aldébaran

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar BBreteau » 23 Oct 2017 17:35

Bonsoir
Latil a écrit
je suis allé au salon de la maquette de Montreuil-juigné samedi et j'ai pu y admirer une superbe maquette de Chausson ANG (les spécialistes me le confirmeront : Bernard ?) à l'échelle a priori à l'échelle 1/10e.

J'y suis allé hier après-midi à ce salon et j'ai été émerveillé par tous les objets représentés:trains électriques , le Château de Chambord réalisé en allumettes ,manèges , avions etc.... Ce très beau car Chausson ANG , exposé à ce salon , en maquette représente une entreprise de transports de Mortain (50) , je crois.L'autocar Chausson ANG ne remportera pas le succès de son célèbre prédécesseur en raison de nombreux soucis techniques et l'arrivée de la concurrence étrangère (une version urbaine sera à l'étude ) et lorsque Saviem absorbera Chausson , l'ANG sera supprimé du catalogue (merci de vérifier tout cela , je peux me tromper... :( :D ).
Bonne soirée.
Bernard
Image
Image
BBreteau
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 357
Inscription: 04 Mar 2013 16:03

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar luckyrando57 » 23 Oct 2017 18:40

Terminus a écrit:
À Saint-Avold (un beau nom, agréable à prononcer, à lire et à écrire), les trams avaient une belle allure (le mot design n'existait pas à l'époque).

Ce matériel allemand était très bien conçu. C'était mieux que les productions de MM Grammont et Faye (*) qui ont roulé à Angers, au Mans, à Rennes, sur le Vals-Aubenas, à Perpignan (mais en plus court), etc. Mais on les aimait bien tout de même, nos trams, même s'ils avaient été conçus à l'économie, avec la très mauvaise idée des portes en angle qui plus tard ont été la cause, ici et là, de pitoyables vestibulages que les réseaux, peu compétents en la matière, bricolaient eux-mêmes. Il y eut même des monstres…

Il y avait d'autres beaux trams de construction allemande, à Metz, Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Thionville, Forbach et sur la ligne Novéant – Gorze.



Bonsoir à tous et merci pour ces voyages dans le temps !

S'agissant de la dénomination Saint-Avold, je précise qu'il s'agit d'une déformation progressive de Saint-Nabor (qui a donné son nom à l'abbatiale de grès rose) qui a évolué au fil des siècles. Diverses formes intermédiaires ont existé, la précédente étant Saint-Avo. Le L et le D n'ont été ajoutés qu'à l'époque où les moines chargés des écritures étaient payés à la lettre ; ces deux lettres ne devraient théoriquement pas êtres prononcées. Quoique, de nos jours, cette précision est totalement tombée en désuétude. Je n'ai moi-même jamais respecté cette règle ...

S'agissant des tramways de Moselle, l'on peut aussi noter le tramway U.C.P.M.I. entre Hagondange et Maizières-lès-Metz (de nombreuses vidéos existent) et le tramway de Sarrelouis, déjà transfrontalier, qui entrait en France pour desservir Creutzwald ("la Forêt de la Croix") et son siège minier houiller de la Houve n° 1. Pour l'anecdote, le siège de la Houve n° 2, un peu plus loin, est le dernier à avoir extrait le charbon français (fermé en 2005).

Sur la série de photos ci-après et grâce aux recherches et recueils de photos entrepris par les sociétés d'histoire locale que nous pouvons grandement remercier, vous pourrez trouver un article du quotidien régional de 2014 qui évoque les tramways de St-Avold et de Creutzwald. Vous verrez par ailleurs un Chausson des Rapides de Lorraine (877 LY 54) ainsi qu'un S45GT de la série des xxxx SB / SC 57 (je ne parviens pas à déchiffrer duquel il s'agit), encadrant un S53M des Courriers Mosellans en livrée ivoire / ocre. Je situe la photo vers 1976 (dommage que l'on ne puisse pas voir si le car des Courriers Mosellans est encore immatriculé à Paris ou déjà en xxxx TC 57, changement intégral survenu en décembre 1977). Sur la photo du SC2 des Courriers Mosellans, jaune et vert, affecté à la ligne Forbach - Merlebach - St-Avold, cadencée à l'heure (avec quelques renforts à la 1/2 h entre les deux première villes), qui s'engage sur la gare routière de St-Avold, vous pouvez deviner la présence du quai n° 8, vaguement symbolisé par un rectangle de béton ceint de bordures (pas de barrières pour canaliser les gens qui patientent, aucune sécurité, pas d'abribus), affublé d'un poteau indicateur en tôle dont le piètement était régulièrement fauché par un porte-à-faux maladroit. Les horaires y étaient peints à la main, au pochoir, et mieux valait ne pas trop s'y fier ... A défaut, on allait à l'autre bout de la place frapper à la porte du Colibus où le préposé des Rapides de Lorraine donnait de tête tous les renseignements souhaités, même pour les Transports Citroën ou les Courriers Mosellans. La concurrence n'était pas aussi rude qu'elle l'est devenue !

https://www.dropbox.com/sh/d2gukux1fv4z ... JIqda?dl=0
luckyrando57
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 210
Inscription: 09 Avr 2012 18:31

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 03 Nov 2017 3:26

Merci à Luckyrando57 pour ses informations : ça complète bien ce que l’on trouve par ailleurs sur Google, mais ces moteurs de recherche ne trouvent pas tout et, entre amateurs, on peut faire remonter des éléments plus confidentiels mais très intéressants.

Je ne connaissais pas le tramway de Creutzwald. Sur une photo du journal on voit une motrice qui tire six remorques. Ce n’était pas courant, de telles rames, à part le Train Bleu de Lyon-Neuville qui était très long lui aussi, mais avec des bogies. Je vois que paradoxalement Sarrelouis ou Saarlouis (ça sonne français) est en Allemagne, tandis que Creutzwald (nom germanique) est en France. Le trafic de cette ligne, surtout ouvrier, la rendait très comparable à la ligne privée des tramways d’Hagondange, exploitée par l’UCPMI (Union des consommateurs de produits industriels) et qui était un service d’usine pour le ramassage du personnel des usines sidérurgiques.

Sur le forum LR Presse (Loco-Revue) on trouve quelques informations, documents et liens sur la ligne de Creutxwald (il y est aussi fait allusion à la ligne Novéant-Gorze) :
http://forum.e-train.fr/viewtopic.php?f=5&t=20024&start=435
Cette ligne portait l’indice 9, voici sans doute les huit premières du réseau de Sarrelouis :
https://de.wikipedia.org/wiki/Stra%C3%9Fenbahn_Saarlouis
Une belle rame, avec une motrice à bogies et des remorques à essieux, au terminus de Creutzwald :
http://666kb.com/i/c2j43rmym44ed1ppn.jpg
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 03 Nov 2017 4:35

Terminus a écrit:Merci à Luckyrando57 pour ses informations : ça complète bien ce que l’on trouve par ailleurs sur Google, mais ces moteurs de recherche ne trouvent pas tout et, entre amateurs, on peut faire remonter des éléments plus confidentiels mais très intéressants.


Suite n° 1 :

Revenons à Chausson et restons en Lorraine, à Longwy précisément, en Meurthe-et-Moselle. C’est ma plus récente découverte d’un réseau urbain où ont roulé des Chausson. Voici trois cartes postales :

– une vue aérienne où l’on voit, en très petit (il faut le chercher !), l’arrière caractéristique d’un autobus Chausson ;

Image

– une vue de la gare routière de Longwy (de l'autre côté des voies par rapport au bâtiment-voyageurs principal) avec, à droite un APV ou SC4 (on ne voit pas sa porte arrière, s'il en a une, mais il a une porte centrale double). Il est sur un stationnement en cul-de-sac qui oblige à une marche arrière pour en sortir, ce qui est incommode et un peu risqué car les piétons ne doivent pas être rares avec la gare ;

Image

– une vue de Villerupt avec un Chausson de la ligne 12.

Image

Luckyrando57, connais-tu l’ancien réseau de Longwy ? Il y avait très probablement une ligne reprenant le tracé du tramway entre Longwy-Haut (la citadelle) et Longwy-Bas (la gare), ce que fait actuellement la super navette, toutes les 30 minutes environ, mais elle ne roule que les jours de semaine.
La desserte de Villerupt était apparemment assurée par le réseau de Longwy, par une très longue ligne d’une vingtaine de kilomètres ; sur la photo de Villerupt on voit que le Chausson est marqué « Longwy » à droite de la girouette, mais à gauche c’est illisible. Dans Wikipedia il est question d’une « Société des transports en commun de la Région Longovicienne » fondée en 1936 et exploitant la ligne de Longwy-Bas à Villerupt. Sur la carte postale on pourrait imaginer « S.T.C.R.L. » à gauche de la girouette du Chausson.

Ces renseignements seraient intéressants, au cas où tu les connaîtrais :

– sais-tu quelle était la livrée du matériel ? Les couleurs de la carte postale sont si rembrunies qu’on ne sait pas trop si, sur ce SC4, c’est du rouge, du grenat ou du marron, et du crème, du gris ou du beige pour le haut ;

– le service était-il à un seul ou à deux agents ?

– les autobus Chausson étaient-ils majoritaires dans le parc ? Bus ou cars ? Y avait-il d'autres marques de véhicules, en restant dans les années 60, jusqu'à l'apparition en France des standards SC10 et PCM ? ;

– la ligne de Villerupt, très longue, était-elle desservie par des bus urbains ou des autocars ? Le Chausson de la carte postale n’est pas un SC4 et malgré le capot de ligne ce pourrait être un autocar avec seulement une porte à l’avant, et avec un arrière bombé ;

– les Établissements Mousset étaient-ils le même exploitant que la S.T.C.R.L. ? Il semble que ce transporteur, pourtant absorbé par la CFTA, existe toujours et assure des prestations pour l’actuel exploitant, la SEMITUL (Société d'économie mixte des transports urbains du Bassin de Longwy).
Selon Wikipedia, le 16 décembre 1935, les Établissements Mousset mettent en service les premières lignes urbaines d'autobus ; l’année suivante les trams de Longwy ferment (le 1er décembre 1936), leur desserte étant reprise par Mousset.
Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Transport_du_Grand_Longwy

J'essaie de faire le recensement des réseaux français des années 60, par type d'autobus (Renault, Chausson, Berliet, etc.). Il y a un an j'avais eu grand plaisir à découvrir le réseau de Longwy.
Dernière édition par Terminus le 03 Nov 2017 5:00, édité 1 fois.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 03 Nov 2017 4:58

Terminus a écrit:
Terminus a écrit:Merci à Luckyrando57 pour ses informations : ça complète bien ce que l’on trouve par ailleurs sur Google, mais ces moteurs de recherche ne trouvent pas tout et, entre amateurs, on peut faire remonter des éléments plus confidentiels mais très intéressants.


Suite n° 2 (et fin) :

Par ailleurs, sur ta photo (https://www.dropbox.com/sh/d2gukux1fv4zpl6/AAB68GrHzNSGBu98OxoHJIqda?dl=0) de la gare routière de Saint-Avold (SC2 de Forbach en juillet 1974) ce véhicule appelle quelques remarques, notamment sur ses portes :

– il est en configuration 024 et sa porte centrale est très curieuse : elle est battante en deux panneaux larges, et non pas pliante. Je n’avais jamais vu une telle porte sur des SC2, encore moins sur des Renault/Saviem R4211 et R4231, et pas davantage sur des Saviem S53 et S105M. Je me demande ce qui pouvait bien justifier une telle porte (traditionnellement sur les Renault/Saviem les portes étaient à 3 panneaux, dont deux se pliaient, le troisième (à gauche vu du trottoir) étant pivotant, puis les portes passèrent à 4 panneaux pliants) ;

– sa porte avant est double, mais avec des panneaux pliants normaux, ce que l’on voyait assez souvent sur des autobus. Mais là aussi on peut s’étonner (pas trop quand même !) : la ligne Saint-Avold – Forbach est sans doute d’au moins 21 kilomètres, c’est énorme pour un autobus. Mais on se trouve dans un bassin très peuplé, une sorte de conurbation industrielle (en 1974 : Forbach = 25 000 hab, Morsbach = 2 600, Freyming-Merlebach = 15 600, Hombourg-Haut = 10 400, Saint-Avold = 18 000, soit un total de 71 600 habitants). Par comparaison on peut penser à la ligne Saint-Étienne – Saint-Chamond (40 000 hab) – Rive-de-Gier (17 700 hab), exploitée par les Autocars Granger de Saint-Étienne : cette ligne mesurait 24 km environ. Elle fut desservie notamment par des Chausson APU à deux agents à montée à l'arrière (livrée gris/rouge/gris, ou peut-être gris/rouge ?), puis par des Saviem qui étaient un compromis de S105 pour l'avant et de S53 pour l'arrière (livrée crème/rouge/crème) à un seul agent en portes 044. De telles lignes étaient un peu intermédiaires entre l’autobus suburbain et l’autocar interurbain : interurbaines pour la longueur mais suburbaines pour la population.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar luckyrando57 » 03 Nov 2017 20:46

Terminus a écrit:
Par ailleurs, sur ta photo (https://www.dropbox.com/sh/d2gukux1fv4zpl6/AAB68GrHzNSGBu98OxoHJIqda?dl=0) de la gare routière de Saint-Avold (SC2 de Forbach en juillet 1974) ce véhicule appelle quelques remarques, notamment sur ses portes :

– il est en configuration 024 et sa porte centrale est très curieuse : elle est battante en deux panneaux larges, et non pas pliante. Je n’avais jamais vu une telle porte sur des SC2.



Bonsoir !

J'ai fait bonne lecture des questions relatives au réseau de Longwy qui nécessitent que je me replonge dans une monographie traitant du sujet, n'ayant moi-même connu ce réseau de visu qu'à l'avènement de la SEMITUL au milieu des années 80. Une précision, d'emblée : le Chausson de la S.T.C.R.L. à la gare routière de Longwy-bas est effectivement d'un beau rouge sur fond jaune beige, et non brunâtre comme le laisse apparaître cette ancienne carte, qui a néanmoins tout le mérite d'être publiée.

S'agissant de la ligne Forbach - St-Avold et de ses SC2, c'est effectivement la forte densité de population et la fréquentation induite qui justifiaient l'affectation de ces véhicules de type périurbain. Je ne saurais pas en préciser le nombre exact, mais je mentionnerai qu'ils étaient immatriculés dans la série 96xx NF 75, pour des numéros de parc dans les 222x (classement commun, à l'époque, pour l'ensemble des filiales de la S.G.T.D.). Le car qui se trouve sur la photo semble être immatriculé en SE 57 (année 1974), lettrage dont j'ai un vague souvenir ; il s'agit donc probablement d'un véhicule racheté tardivement à un autre réseau. Les portes centrales avaient effectivement la caractéristique décrite. Les quatre vantaux avant permettaient de canaliser le flux des abonnés présentant de loin leur carte au conducteur, pendant que payaient les passagers occasionnels.

Sur l'inventaire des communes, l'on doit également mentionner Rosbruck et surtout Cocheren avec sa grande cité minière Belle-Roche par laquelle certains services accomplissaient un tortueux détour, portant la durée du voyage de 3/4 h à près d'une heure. Le complément de la desserte de tout ce secteur était assuré par les services urbains de Merlebach (fusionnée en 1971 avec sa voisine Freyming) ayant toujours eu pour caractéristique d'être sous gestion de l'Etat, puis du Département à compter de la décentralisation, et non de la Commune, aucun Périmètre de Transport Urbain n'ayant jamais été délimité. Assurées par les Autocars Alphonse Diss, ces dessertes urbaines s'effectuaient en Chausson interurbains gris et verts en portes 202 (je ne possède aucune photo). Pour l'anecdote, jusqu'au début des années 80, arrivaient vers 13 h 15 à la GR de Merlebach deux autocars, l'un en provenance de la cité minière de Farébersviller via les gros bourgs de Théding, Cocheren, et Béning (encore une ligne périurbaine !), le second en provenance de la Cité Belle-Roche, et la plupart des usagers se précipitaient pour prendre la correspondance les menant à l'Hôpital des mines de Freyming. Ces lignes étaient bondées, c'était encore la grande époque des transports en commun. Les deux autres grandes lignes urbaines desservaient la Cité de la Chapelle et la Cité des Chênes, construites à cheval sur les bans de Freyming et de Hombourg-Haut. Ces deux lignes de cadencement horaire viennent d'être fusionnées en une seule.

Je reviens à nos SC2 des Courriers Mosellans pour préciser qu'ils assuraient également, au départ de Forbach, une ligne interurbaine vers Spicheren, Etzling et Alsting-Zinzing (matin, midi et soir + 2 AR les mardis et vendredis de marché), ainsi qu'une ligne urbaine vers la ville de Petite-Rosselle, pour son quartier de la Vieille-Verrerie (4 rotations quotidiennes vers cette cité minière). En décembre 1976, ils furent remplacés par une flotte de neuf SC10U optimisés, en découpe rouge orangée montant en oblique sur l'avant du pavillon, sur fond blanc. Assez rapidement, les services des heures de pointe scolaire se virent affecter des Saviem S53M pour d'évidentes raisons de confort. Imaginons les lycéens effectuant tous les jours un AR Forbach St-Avold ou l'inverse, suspendus durant 3/4 h aux charmantes poignées ornant le pavillon d'un SC10 ...

Dernière précision technique : tous les véhicules cités dans cet exposé bénéficiaient de l'écriteau "priorité au bus quittant l'arrêt" ce qui atteste la reconnaissance du caractère fortement urbain de la desserte.
luckyrando57
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 210
Inscription: 09 Avr 2012 18:31

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar luckyrando57 » 11 Nov 2017 21:00

Terminus a écrit:
Revenons à Chausson et restons en Lorraine, à Longwy précisément, en Meurthe-et-Moselle.

– sais-tu quelle était la livrée du matériel ? Les couleurs de la carte postale sont si rembrunies qu’on ne sait pas trop si, sur ce SC4, c’est du rouge, du grenat ou du marron, et du crème, du gris ou du beige pour le haut ;

– le service était-il à un seul ou à deux agents ?

– les autobus Chausson étaient-ils majoritaires dans le parc ? Bus ou cars ? Y avait-il d'autres marques de véhicules, en restant dans les années 60, jusqu'à l'apparition en France des standards SC10 et PCM ? ;

– la ligne de Villerupt, très longue, était-elle desservie par des bus urbains ou des autocars ? Le Chausson de la carte postale n’est pas un SC4 et malgré le capot de ligne ce pourrait être un autocar avec seulement une porte à l’avant, et avec un arrière bombé ;

– les Établissements Mousset étaient-ils le même exploitant que la S.T.C.R.L. ? Il semble que ce transporteur, pourtant absorbé par la CFTA, existe toujours et assure des prestations pour l’actuel exploitant, la SEMITUL (Société d'économie mixte des transports urbains du Bassin de Longwy).
Selon Wikipedia, le 16 décembre 1935, les Établissements Mousset mettent en service les premières lignes urbaines d'autobus ; l’année suivante les trams de Longwy ferment (le 1er décembre 1936), leur desserte étant reprise par Mousset.
Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Transport_du_Grand_Longwy

J'essaie de faire le recensement des réseaux français des années 60, par type d'autobus (Renault, Chausson, Berliet, etc.). Il y a un an j'avais eu grand plaisir à découvrir le réseau de Longwy.


Bonsoir !

J'ai consulté le lien vers Wikipedia qui fournit des renseignements assez complets sur l'historique de ce réseau. J'ai aussi dressé une petite synthèse d'après une plaquette qui est en ma possession, rédigée en son temps par deux passionnés du secteur :

- 27 octobre 1901: lancement du tramway sur deux lignes Longwy-haut - Longwy-bas et Longwy-bas - Gouraincourt - Mont-St-Martin
- 1908 : Léon Mousset monte une société et commence à répondre à des appels d'offres transport
- 1935 : il rachète la société du tramway puis groupe rapidement les deux lignes pour les exploiter par autobus
- 1936 : création de la S.T.C.R.L. Longtour qui, jusqu'à 1984, va notamment exploiter la ligne périurbaine Longwy - Villerupt, d'un tracé comparable à celui qui existe encore ; les véhicules sont effectivement des Chausson à pavillon bas, avec large porte centrale à 4 vantaux (nombre d'agents, je ne saurais dire ...)
- parc Mousset : de 30 véhicules en 1950 à 80 en 1976, avant le déclin de la sidérurgie ; véhicules majoritairement Saviem, du 4190 au S45RX en passant par de très nombreux SC1 tels celui que l'on voit sur la carte postale de la gare routière et quelques SC2 (livrée crème et rouge dominante, mais certains cars étaient bleus), quelques Randonnée et PH100, et 2 SC10 parisiens d'occasion
- 1980 : plus de descendance intéressée par la poursuite de l'activité, vente de Mousset à la C.F.T.A., ce qui se traduit en pratique par un rattachement progressif aux Rapides de Lorraine à Metz, mais la raison sociale demeure et les cars Mousset seront numérotés en série particulière 24xx, jusqu'à l'arrivée du Tracer où une grande "salade" débutera avec des véhicules TER estampillés en raison sociale Mousset mais numérotés en séries 32xx et 33xx des Rapides (il faut préciser qu'ils circulent entre Bitche et Haguenau, bien loin de Longwy + un entre Pagny-sur-Moselle et Conflans-Jarny)
- les Rapides de Lorraine exploitent toujours à cette époque et depuis de nombreuses années certaines lignes urbaines vers St-Charles et Herserange, avec leurs classiques Chausson interurbains alors qu'ils exploitent 3 PH100 sur Maizières - Hagondange (ex-tramway UCPMI) et 2 PH100 à St-Avold ; la trame de base du secteur est constituée par la grande ligne interurbaine Metz - Hayange - Longwy, cadencement à deux heures (une heure entre les deux premières villes)
- 1984 : peu après la constitution du SYTRAL (autorité organisatrice), création de la SEMITUL, mise en place de 6 lignes urbaines dont 2 vers Villerupt le 1er octobre 1984, exploitation à l'aide de 12 PR100 neufs en livrée bleu / jaune sur fond blanc ; plus tard, apparition d'articulés en provenance d'autres réseaux pour l'appoint scolaire
- rentrée 1986 : exploitation de services scolaires interurbains
- il faut aussi mentionner l'intégration des Transports Boulangé, de Villerupt, puis bientôt la création de Trans'L, qui surprend tout le monde en s'implantant en Lorraine grâce, notamment, à un marché original : celui du transport de personnel des bases aériennes, privatisé par le Ministère, rapidement complété par des lots scolaires en Moselle puis la reprise de nombreux services du Bassin de Longwy (création d'un dépôt à Villers-la-Montagne)
- 1er juin 1992 : création de la première ligne transfrontalière vers la gare luxembourgeoise de Rodange (trains cadencés vers Luxembourg-ville), exploitation conjointe Semitul / Huberty / Sales, mais nous arrivons là à une période moderne qui sort du sujet en nous entraînant bien loin des Chausson d'Angers !

J'ai retrouvé dans mes archives la page d'accueil de l'ancien site de la Semitul, devenue TGL en 2010, qui dresse une bonne chronologie :

https://www.dropbox.com/sh/oq2lx0kcz789 ... wTQPa?dl=0

N'étant pas du secteur Meurthe-&-Moselle nord, je ne saurais apporter davantage de précisions. :(
luckyrando57
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 210
Inscription: 09 Avr 2012 18:31

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar BBreteau » 13 Nov 2017 9:48

Bonjour
Toujours des autocars Chausson.Les transports Démas à leur début.Derrière Monsieur Démas on voit une 203 Peugeot et juste derrière cette voiture, on devine l'arrière d'un Chausson "nez de cochon"..Et un autre autocar Chausson sur l'autre photo mais je ne sais pas à quel transporteur il appartient.
Bonne journée .
Bernard
Image
Image
BBreteau
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 357
Inscription: 04 Mar 2013 16:03

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 14 Nov 2017 0:36

Bonjour tout le monde,

Merci Luckyrando57 pour ta synthèse qui donne un bon aperçu de l’histoire du réseau d’autobus de Longwy. La page d’accueil du site de la Semitul complète bien le tableau.
Ce n’était pas courant de voir un transporteur routier racheter le réseau de trams, en général c’était le réseau de trams qui passait à l’autobus, sans changer de statut.
Je pensais qu’il n’y avait qu’une seule ligne de tramways, reliant Longwy-Haut et Longwy-Bas. Tu m’apprends qu’une seconde ligne reliait le bas (la gare) à Mont-Saint-Martin.

Pour rester dans la région, j’ai deux questions sur les trolleybus de Forbach, au cas où tu saurais. Il existe de bonnes photos de Jean-Henri Manara — on ne le remerciera jamais assez — qui nous le montrent, mais à l’époque, en 1969, ils étaient bien fatigués et assez déglingués. Ces trolleys n’avaient plus qu’un an ou bien moins devant eux (selon les sources) car ils ont été supprimés :
– soit le vendredi 31 octobre 1969 (selon le livre Les trolleybus français, de R. Courant et P. Bejui, Presses et éditions ferroviaires) ;
– soit le samedi 1er novembre 1969 (R. Courant dans Le temps des tramways, Éditions du Cabri), « remplacés par quatre autobus Saviem à boîte automatique » ;
– soit en mai 1970, selon le site de l’Amtuir et selon Wikipedia.
Il y avait 5 Vetra VBRh en portes 422 et un Vetra-Berliet ELR en portes 442. En 1952 une remorque fut essayée sans suite.

Voici mes questions :

1. Sur la livrée : compte-tenu du mauvais état des peintures je m’interroge donc sur la livrée : le bas était bleu foncé, mais le haut est si crasseux que je me demande s’il est gris très clair ou bien crème.

2. Sur le nombre d’agents à bord : en regardant de vieilles photos en noir et blanc on aperçoit comme la silhouette d’un receveur à casquette assis à l’arrière à côté de la porte, idem sur une vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=6T3hkKQ3TiI). Et sur les photos de l’inauguration on voit de probables receveuses. Mais sur les photos de J.-H. Manara on voit mal s’il y a encore une cabine à l’arrière pour le receveur. Il est donc très vraisemblable que les trolleys de Forbach ont fonctionné au début avec deux agents. Mais à la fin, quand le service avait bien baissé, y avait-il encore un receveur ou bien le service était-il à un seul agent, avec entrée à l’avant ?

Je pose ces questions car je cherche à faire un inventaire pour la France, et jusqu’à l’apparition des bus standard SC10 et PCM, des types de véhicules, de leur livrée et du service à un seul ou à deux agents.

Nous sommes certes loin des Chausson d’Angers. Mais il n’y eut que 6 autobus Chausson chez Démas (ex-Siroux), soit 1APH 2-52, 1 APU, 1 APH 2-52 ex-Bordeaux suburbain, et 3 SC4 rachetés en Seine-et-Oise. Il y avait davantage de cars Chausson dans cette société, mais par goût personnel je ne regarde que les bus qui sont plus typés que les cars que je trouve trop passe-partout.

Mais en fait ce fil s’intéresse à tout ce qui est Chausson (bus ou cars) en France et ailleurs. Et une digression par-ci, par-là, ça permet de glaner des informations.

__________
Près d'Angers, à Montreuil-Belfroy, l'usine des Tréfileries et Laminoirs du Havre (puis Tréfimétaux, puis Cégédur-Péchiney) possédait trois bus Chausson et un Citroën pour le ramassage du personnel.
C'est dans cette commune que se concentraient tous les autobus Chausson du Maine-et-Loire (Démas et les TLH).
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 14 Nov 2017 0:42

Bernard,

Je me demande si le car Chausson très sombre ne serait pas un car Lechien. Ils étaient rouges avec des parties d’un rouge sombre. Ce transporteur assurait la ligne Angers-Rennes.

Il y a quand même un doute puisqu'aucune inscription n'est peinte sur le pavillon.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar BBreteau » 14 Nov 2017 11:29

Bonjour
Terminus a écrit
Je me demande si le car Chausson très sombre ne serait pas un car Lechien

Je me souviens d'un dimanche après-midi ,passé à Angers au début des années 70.En passant sur le pont de la Haute-Chaîne et en regardant sur le quai Félix Faure , il y avait un autocar Chausson rouge , ce qui le démarquait des autres véhicules de l'entreprise.Ce Chausson se trouvait parmi les autres bus et cars Démas.D'ailleurs cette photo m'a été donnée par Mr Démas.
Ce Saviem SC4 Nantais réaménagé pour la conduite à un agent , je suppose ?.Je n'aime pas du tout ce genre de "bricolage-maison".C'était sûrement plus pratique mais peu esthétique.
A+.Bernard
Image
BBreteau
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 357
Inscription: 04 Mar 2013 16:03

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 14 Nov 2017 17:10

Bonjour Bernard (sans oublier tous les autres),

Au sujet du Chausson de chez Démas, je n’ai pas de souvenir. Le parc Démas était vert moyen et crème, mais sur certains autocars on voyait d’autres couleurs, notamment du rouge, et pas toujours du même. À la Stao également les livrées étaient assez variées, j’avais même vu un car Verney avec du vert cru au lieu du rouge traditionnel. Parfois il y avait des cacophonies.

Pour le Chausson de Nantes, gris et rouge, de la photo (un APVU plutôt qu’un SC4 ?), il s’agit d’une transformation effectuée non pas par les ateliers du réseau (la CNTC à l’époque) mais par Heuliez (*).

À l’origine ces bus Chausson étaient en portes 422, avec une livrée en crème (un peu jaune) et bleu (pas trop foncé). Évidemment ils fonctionnaient avec deux agents (**), au moins en semaine.

Mais en 1968, au printemps, la CNTC (Cie Nantaise de Transports en Commun) avait reçu ses premiers SC10, je crois qu’il y en avait vingt. Ils étaient destinés à la ligne 41/42 (41 : Val d’Or – Saint-Nicolas – Pont Audibert – Pirmil – Lion d’Or et 42 : Joli Mai ou Botte d’Asperges (***) – Chêne Vert – Saint-Nicolas – Pont Audibert – Pirmil – Sèvres). Selon le principe du réseau il s'agissait de deux lignes en une car pour les trois-quarts du parcours il s'agissait d'un tronc commun.

À l’occasion de la mise en service de ces nouveaux bus ces lignes 41 et 42 furent regroupées sous un même indice (ligne 40) mais avec les mêmes itinéraires, un des terminus du sud étant prolongé à Chapeau Verni. L'arrivée de ces premiers SC10 a marqué un tournant considérable à la CNTC :
    – ils inauguraient la nouvelle livrée gris/rouge/gris ;
    – ils étaient à un seul agent, en portes 044 avec entrée par la porte avant, il y avait des banquettes dans le cul-de-sac ;
    – ils étaient les premiers avec oblitération automatique (oblitérateurs CAMP marquant et perforant les tickets que les voyageurs introduisaient eux-mêmes), auparavant c’était le règne de la « moulinette » ;
    – pour la première fois à Nantes on utilisait la girouette frontale à film (textes bleus sur fond blanc) regroupant l’indice de ligne et la destination. C’en était fini du « système nantais d’affichage de l’information » avec, sous le pare-brise avant et à gauche, un boîtier lumineux pour l’indice et, au-dessus du radiateur, une plaque amovible (non éclairée) en métal brut (de l’alu ou de l’inox ?), avec textes sérigraphiés en bleu. Une voiture ou un deux-roues placés devant le bus et les informations se trouvaient masquées.
Aucun des Chausson utilisés à Nantes— tout comme avant eux les Renault 215D — n’avait jamais utilisé la girouette avant dont le film est toujours resté vierge ; les nez-de-cochon étaient même dépourvus de girouette. On peut s’étonner de cette pratique locale alors que les systèmes standards de girouette et de capot de ligne étaient très supérieurs et, qui plus est, livrés en standard. Un nombre minime de réseaux français dérogeaient à ce principe.

L’arrivée des SC10 fut le point de départ de la généralisation du service à un seul agent à tout le réseau. La tarification était peut-être encore découpée par sections ; le tarif unique viendrait plus tard, peut-être même après bien d’autres réseaux. Il ne s’agissait pas encore d’un self-service avec portes banalisées : pour l’heure on montait à l’avant et on descendait au milieu.

Mais si la CNTC voulait étendre la suppression du service à deux agents, il lui manquait du matériel adapté et, sans doute, des disponibilités financières immédiates pour l’acquérir. Très longtemps, aux dires de Bernard Favière qui était nantais, elle avait couvert ses frais, étant très probablement bénéficiaire. Aujourd’hui en France nous sommes dans une autre époque car les déficits s’accroissent tellement qu’on peut craindre qu’à la longue ça finisse par craquer. Il est vrai qu’à l’époque le réseau nantais était assez squelettique (les lotissements ne s’étaient pas encore étalés sur d’immenses zones), mais il y avait de la fréquence ; dans les années 60 il n’y avait à Nantes que 11 lignes urbaines (dont plusieurs imbriquées dans de longs troncs communs qui se divisaient en antennes), et deux lignes suburbaines. On peut supposer que, faute de ressources suffisantes pour acheter de nouveaux véhicules, la CNTC avait opté pour la transformation à un seul agent d’une partie du parc, afin de patienter aux moindres frais.

Ce Chausson de la photo, à la nouvelle livrée gris/rouge/gris, fait donc partie de la série de véhicules transformés pour le service à un seul agent (avec un oblitérateur automatique) :
    – suppression de la porte double arrière ;
    – création d’une porte simple juste avant la roue arrière (pour la sortie) ;
    – maintien de la porte centrale existante (porte simple pour la sortie), cette porte étant séparée de la précédente par un montant ;
    – modification de fenêtres entre deux portes ;
    – création d’une porte simple, juste après l’essieu avant, pour l’entrée avec accès à l’oblitérateur automatique ;
    – maintien de la porte avant simple pour l’entrée des voyageurs sans billet ;
    – réaménagement intérieur et banquettes dans le cul-de-sac.
Dans le livre Autocars, autobus, trolleybus de France, de Jean-Henri Manara et Nicolas Tellier, il est question, page 96, de ces bus, qui ont reçu une nouvelle motorisation (6 cylindres MAN de 165 CV à la place de l’ancien Panhard 4 cylindres de 110 CV). Au nombre de 15 ils auraient été transformés en 1970.

Ces Chausson, initialement à portes en 422, étaient devenus des 02222. Mais ils conservaient le « système nantais d’affichage de l’information », avec boîtier lumineux et plaques métalliques. Ils roulaient, selon les rares photos, sur la ligne 52 (Trémissinière – Commerce – Grand-Carcouët), mais cette ligne faisait partie du groupe numéroté en cinquantaine, avec la ligne circulaire 51 et 51 barré (Commerce – Morrhonière, sens horloge pour le 51, contresens horloge pour le 51) et la ligne 53 et 53 barré : Châtaigniers (53 et 53) – Commerce (53) – La Houssais (53) ; toutes ces lignes partageaient de très longs troncs communs. Il n'est donc pas à exclure que les lignes de ce groupe furent toutes parcourues par ces quinze bus.

Ici on voit une belle photo de ces Chausson transformés :
https://www.flickr.com/photos/41659357@N07/sets/72157623453426333/

Comme le pense Bernard, les bricolages-maison et les solutions locales sont rarement bonnes et parfois certaines laissent perplexe comme, entre autres, les Chausson lillois rallongés avec saillie du moteur à l’avant. Même les SC10 à plateforme arrière ouverte étaient assez douteux, et ils coûtaient bien plus cher que le modèle de base.

___________
(*) Bien plus tard, Heuliez a transformé des Mercedes allemands en posant sur leur châssis une caisse presque similaire à celle des GX107, mais adaptée aux Mercedes, il s’agissait des GX44.
(**) Mais un jour arriva sans doute où les dimanches et fêtes il n’y avait plus qu’un seul agent ; par ailleurs trois autres lignes étaient déjà exploitées entièrement avec un seul agent : la ligne 23 (Roche-Maurice – Commerce – Léon Bureau ; le boulevard Léon Bureau était dans le quartier des chantiers navals), ainsi que les deux lignes suburbaines Y (Commerce – La Montagne, au sud de la Loire ) et Z (Commerce – Couëron, au nord de la Loire). Des photos de Jean-Henri Manara prises un jour de fête (il y a des drapeaux tricolores sur le front des bus) montrent des Chausson à deux agents mais en service avec un seul agent et montée par l’avant.
(***) Je pense que la ligne avait été prolongée de Botte d’Asperges à Joli Mai, Chêne Vert étant un terminus partiel.
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 14 Nov 2017 19:20

Voici le plan du réseau CNTC de Nantes en avril 1962.

Le réseau urbain était constitué de :

– cinq axes principaux en tronc commun qui se divisaient en antennes :
    • vert : ligne 11 ;
    • orange : lignes 21 et 22
    • bleu : ligne 30 ;
    • rouge : lignes 41 et 42 ;
    • violet ; lignes 51 et 51 barré (circulaire), lignes 52 et 53 ;
– deux axes secondaires :
    • jaune : ligne 23 (service à un seul agent) ;
    • noir : ligne 34.
Les deux lignes suburbaines (Y et Z, toutes deux en service à un seul agent) partant de la place du Commerce ne figurent pas sur ce plan.

La station centrale était place du Commerce (lignes 11, 23, 30, 34, 51, 52, 53, Y, Z).

Les autres lignes passaient par une autre station centrale, moins importante et un peu écartée : Saint-Nicolas, cette station était desservie par les lignes 21, 22, 41, 42.
Vers 21 h 00 en semaine (peut-être 20 h 30 ?) et toute la journée des dimanches et fêtes les lignes de Saint-Nicolas étaient déviées par la place du Commerce qui rassemblait alors la totalité des lignes. Saint-Nicolas, probablement, n'était alors plus desservi.

Les Chausson transformés circulaient sur tout ou partie de l'axe violet (à coup sûr ligne 52 et peut-être les lignes 51 et 53 ?).

Les premiers SC10 ont roulé sur l'axe rouge (lignes 41 et 42 regroupées sous l'indice 40, mais en conservant toutes les antennes. Une des deux branches du sud fut prolongée à Chapeau Verni.

Ce réseau était assez squelettique, mais la contrepartie était la qualité des fréquences, au moins sur les troncs communs. Les antennes ne recevaient qu'une fraction des circulations. La ligne 23 devait sans doute avoir une fréquence assez relâchée, peut-être aussi la 34 qui était en grande partie un doublage ? Les lignes suburbaines Y et Z n'avaient sans doute pas de fréquence bien régulière.

Les cercles qui jalonnent les lignes indiquent très probablement les fins de section. Je n'en suis pas très sûr, mais il me semble que lorsqu'on avait payé 5 sections (= 6 tickets en lamelles) on pouvait aller jusqu'au bout de la ligne. Mais c'est incertain. Les lignes les plus longues (22, orange, et 30, bleue) avaient neuf sections, la plus courte (ligne 23, jaune) en avait cinq.
Certaines limites de section étaient dédoublées et se chevauchaient, ainsi, sur l'axe orange, Maréchal Foch et St-Clément ne délimitent pas une petite section mais sont le dédoublement, selon le sens de circulation, de la limite entre deux mêmes sections : en venant de Jean Macé à l'ouest le changement de section se faisait à St-Clément, tandis qu'au retour, en venant de l'est, le changement de section s'opérait à Maréchal Foch.
Même principe sur l'axe vert entre la place du Commerce et la place Royale, ou sur l'axe rouge entre Vannes et Boulay-Paty. Il y en a d'autres.

Cette tarification par section était bien plus compliquée que le tarif unique, mais elle était plus juste car on payait en fonction de la longueur du trajet. Autre avantage : les petits trajets étaient bon marché tandis qu'en tarif unique les petits trajets sont hors de prix, ce qui dissuade beaucoup de voyageurs qui ne voudraient faire qu'un kilomètre, par exemple. Cette complication de la tarification sectionnelle était possible grâce à l'emploi du deuxième agent : le receveur. Mais dans les réseaux à agent unique (Bordeaux, Rennes, Angers…) la vitesse des bus était très ralentie par la perception.

À cette époque la deuxième ligne de ponts n'était pas encore construite.

Image
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar Terminus » 14 Nov 2017 19:53

Et voici l'autre côté de ce plan : l'indication des sections.

Image
Terminus
Avatar de l’utilisateur
Terminus
Rang : Passéoz Mensuel
Rang : Passéoz Mensuel
 
Messages: 1347
Inscription: 02 Mar 2007 16:51
Localisation: Angers

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar luckyrando57 » 14 Nov 2017 20:21

Terminus a écrit:
Pour rester dans la région, j’ai deux questions sur les trolleybus de Forbach, au cas où tu saurais.

Voici mes questions :

1. Sur la livrée : compte-tenu du mauvais état des peintures je m’interroge donc sur la livrée : le bas était bleu foncé, mais le haut est si crasseux que je me demande s’il est gris très clair ou bien crème.

2. Sur le nombre d’agents à bord : en regardant de vieilles photos en noir et blanc on aperçoit comme la silhouette d’un receveur à casquette assis à l’arrière à côté de la porte, idem sur une vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=6T3hkKQ3TiI). Et sur les photos de l’inauguration on voit de probables receveuses. Mais sur les photos de J.-H. Manara on voit mal s’il y a encore une cabine à l’arrière pour le receveur. Il est donc très vraisemblable que les trolleys de Forbach ont fonctionné au début avec deux agents. Mais à la fin, quand le service avait bien baissé, y avait-il encore un receveur ou bien le service était-il à un seul agent, avec entrée à l’avant ?



Bonsoir à tous !

Tout d'abord, merci pour la carte de 1962 du réseau nantais : à classer dans la catégorie des documents que l'on peut désigner comme d'inestimables chef-d'oeuvres (que restera-t-il de notre ère dématérialisée, au fur et à mesure de la disparition des liens !).

Je suis malheureusement incapable de répondre aux questions relatives aux trolleys de Forbach, que je n'ai aperçus qu'étant tout petit. Je pencherais plutôt pour le gris en haut de caisse, par similitude aux autobus. Précision complémentaire : les remplaçants du trolley ont notamment été des S105 à arrière bombé, véhicules tout-à-fait originaux en Moselle-est (seul Trans-Fensch en a possédé de nombreux dans le Bassin de Thionville, à l'ouest). Exploitation à deux agents fort probable ; abandon progressif possible !

Pour ceux qui souhaitent approfondir la découverte du tramway de St-Avold, je communique le lien vers la Société d'Histoire du Pays Naborien dont je suis membre :

https://www.google.com/url?q=http://www ... P2tKcnm3Hl

Il ne s'agit pas de l'article exhaustif mais cela donne déjà quelques idées sur l'histoire de cette ligne très liée au passé militaire de la ville. En effet, il n'y avait pas de vocation de desserte pour les quartiers : il s'agissait d'une liaison ville - gare. On découvre par ailleurs une belle photo d'autocars divers sur la Place de la Victoire qui, horreur suprême, avait été aux heures sombres de l'histoire rebaptisée Adolf-Hitler-Platz ...
luckyrando57
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 210
Inscription: 09 Avr 2012 18:31

Re: Hommage aux bus et cars Chausson

Messagepar luckyrando57 » 14 Nov 2017 20:33

... et pour pallier les carences de ma mémoire d'enfant, voici de belles photos :

http://www.forbach-histoire.fr/piwi/piw ... ategory/59
luckyrando57
Rang : Passéoz 3 Jours
Rang : Passéoz 3 Jours
 
Messages: 210
Inscription: 09 Avr 2012 18:31

PrécédenteSuivante

Retourner vers ANGERS - Les transports de l'agglomération angevine

Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés: Anton, Bing [Bot], bkl123, Google [Bot], GX327, Jojo


Lineoz.net Tous Droits Réservés 2001-2008 :: Création & DeSiGn by ArNaUd OUDARD
Ce site est enregistré à la CNIL sous le numéro 1072137 conformément à l'article 16 de la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978

Sites partenaires : Grenoble Snotag | Nancy blogOstan | Angers SnoIrigo | Clermont Ferrand TransClermont | Valence SnoCtav | Marseille MarseilleTransports.com | Dijon SnoDivia